Librairie : Virginie Grimaldi, Tu comprendras quand tu seras plus grande

Le retour du rendez-vous librairie ! Je commence chacun de mes cours en lisant un incipit aux élèves afin de leur donner le goût de la lecture, et je n’arrive pas à consacrer un article sur le blog : il faut que ça change. Je suis ravie de voir le succès de Virginie Grimaldi, amplement mérité. Je suivais son blog Femme Sweet Femme depuis des années, et ai toujours été touchée par sa sensibilité et sa façon de chercher des éléments positifs en pleine adversité. Cela se ressent dans ses trois romans.

Tu comprendras quand tu seras plus grande est son deuxième roman, paru en 2016.

Résumé

Julia est embauchée en tant que psychologue dans la maison de retraite les Tamaris à une période de sa vie où elle ne croit plus en rien. Elle s’y rend à reculons, mais le fait de passer cette porte d’entrée et de faire désormais partie de ce monde à part, hors du temps, lui apportera bien plus qu’elle ne le croyait. Elle qui n’aimait pas vraiment les personnes âgées, se laisse désormais surprendre par ces pensionnaires attachants, drôles, touchants, et parfois insupportables. Elle noue de nouvelles amitiés avec ses collègues, et un lien plus spécial encore se noue avec Raphaël, le petit-fils d’une résidente.

Mon avis

Un livre qui fait du bien, comme tous les écrits de Virginie Grimaldi. Elle nous permet de voir différemment ce qui nous entoure, et nous donne le courage d’affronter ce que nous appréhendons. Vous ne verrez plus du tout les maisons de retraite de la même façon. La lecture est fluide, le style simple, le langage proche de l’oral, parfois familier mais qui instaure une proximité appréciable avec le lecteur. Une fois la lecture débutée, on a très envie de lire le roman d’une traite.

L’auteure commence tous ses romans par un prologue, toujours très accrocheur :

Prologue

C’était un samedi soir comme les autres. Il n’avait pas vocation à rester gravé dans ma mémoire, pourtant je me souviens de chaque détail. C’est l’apanage des moments traumatisants, paraît-il. Ils s’incrustent si profondément dans le cerveau et dans la chair qu’on ne cesse de les revivre par la suite, comme un film dont on visionne la même scène à l’infini.

Le ventre de Marc me servait d’oreiller on regardait un épisode de Game of Thrones, le 9 de la saison 3, on avait mangé des sushis qu’on ‘était fait livrer, le ventilateur tournait, on était bien. Si j’avais été un chat, j’aurais ronronné.

Quand la sonnerie du téléphone a retenti, j’ai soupiré. Qui me dérangeait à cette heure ?

Quand j’ai vu « Maman » inscrit sur l’écran, j’ai râlé. Elle le savait, pourtant que les appels tardifs m’inquiétaient.

J’aurais voulu ne pas répondre. J’aurais voulu que ça n’arrive pas.

Incipit

Lundi, pluie, mois de février : combo gagnant pour une journée de merde.

Plus ma voiture avance, plus j’ai envie de reculer. Je m’engage dans l’allée ; un panneau cloué sur un arbre m’indique que c’est tout droit. Peut-être que personne ne me remarquera si je fais demi-tour. Je débouche sur un petit parking qui n’a pas vu de jardinier depuis longtemps. Je le contour et me gare face à la grande bâtisse.

« Maison de   traite Les tamaris »

Si même les lettres en fer forgé se font la malle, j’ai du souci à me faire. Si çàa se trouve, c’est l’offre d’emploi qui comportait une faute, ce n’est pas une maison de retraite et je vais vraiment me retrouver à faire la conversation à des vaches opprimées… A vrai dire, cette idée me semble nettement plus réjouissante que ce qui m’attend.

Les derniers pas qui me séparent de l’entrée durent une éternité.

Une marche. je peux encore partir.

Deux marches. Il me suffit de regagner ma voiture. Trois marches. Personne n’en saura rien, après tout.

–  Entrez, nous vous attendions !

Je n’ai pas le temps d’atteindre la porte qu’une femme apparait dans l’encadrement. Elle est grande, elle est robuste, et ses cheveux sont tellement frisés qu’ils lui servent de porte-crayon. Je cherche mentalement une issue de secours, une excuse pour fuir, mais rien ne vient. Alors je souris poliment, lui tends la main et la suis vers mes huit prochains mois.

Voir aussi:

7 commentaires
11 likes
Pécédent article: Souci de transparenceArticle suivant: Détails du dimanche

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avez-vous envie de légèreté, de divertissement, de futilité pas si superficielle ?

Bienvenue dans ma parenthèse !

En savoir plus

Me contacter
Archives
Derniers articles
Calendrier
janvier 2018
L M M J V S D
« Déc    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031