3 livres à lire cet été

On me demande régulièrement des conseils lecture, en voici donc sur le blog ! Mon dernier article lecture date un peu, je vais remédier à cela.

Je vous présente 3 livres récents, très différents, qui ont tous suscité en moi intérêt et émotion.

I Clémentine Autain, Dites-lui que je l’aimedites-lui-que-je-l-aime

Ce livre est édité chez Grasset et disponible ici.

J’ai vu une interview de Clémentine Autain parlant de son livre qui venait de sortir (mars 2019). J’ai tout de suite. été captivée par le sujet, et j’ai su qu’il fallait que je l’achète. Je n’ai pas regretté, je regrette simplement de l’avoir fini si vite.

Résumé

L’auteure évoque dans ce livre témoignage son enfance attristée par une mère incapable de l’élever correctement. Cette mère, c’est Dominique Laffin. Cette comédienne culte des années 70 se comportait avec une grande liberté, quitte à en oublier sa fille.  Il lui arrivait de sortir faire la fête toute la nuit, laissant sa fille de 4 ans seule dans l’appartement. Cette mère, belle et adulée, a été retrouvée morte dans sa baignoire en 1985. Le suicide a été évoqué, mais jamais prouvé.

Clémentine a grandi en enfouissant ses souvenirs trop douloureux, et c’est suite aux questions de ses propres enfants qu’elle a décidé d’écrire ce livre, sous la forme d’une lettre d’amour lumineuse mais sans concessions.

Incipit

Je t’avais rangée, je m’étais arrangée mais il faut toujours que quelqu’un ou quelque chose me ramène à toi, c’est épuisant. Dans ma voiture avec Radio Nostalgie, je revenais d’un enterrement quand j’ai réalise qu’il y a trente ans, nous t’avions enterrée sans un mot. Je n’avais jamais pensé à ce silence, pourtant si étrange. C’est le contraste avec les obsèques d’Annette qui m’a brusquement sauté aux yeux.

Mon avis

Un livre très bien écrit qui m’a permis de voir Clémentine Autain sous un autre jour. Je voyais la femme engagée en politique, féministe, vindicative, avec laquelle j’accrochais peu je dois le concéder.

Dans ce récit, elle montre sa douceur, son amour pour sa mère qui n’a pas su trouver d’écho, ses souffrances et son enfance hors-normes. Elle nous apparaît donc plus fragile, et elle donne envie de réconforter la petite fille qu’elle était.

II François Lelord, Hector et les lunettes roses pour aimer la viefrancois-lelord

Ce livre est édité chez Odile Jacob et disponible ici en format numérique.

François Lelord est psychiatre. J’ai découvert les aventures d’Hector avec son premier livre Le Voyage d’Hector ou la recherche du bonheur publié en 2002. Il a depuis écrit plusieurs variations des aventures d’Hector, un psychiatre qui n’était pas vraiment heureux et décide de voyager pour mieux se connaître en découvrant les autres.

Ce livre (publié en mars 2018) est le plus récent des aventures d’Hector : Hector et les lunettes roses pour aimer la vie.

Résumé

Hector est un psychiatre qui souhaite aider ses patients à changer leur manière de voir le monde, et eux-mêmes. Quand il les aide, c’est comme s’il leur donnait de nouvelles lunettes pour voir différemment. Il décide de partir en voyage pour comprendre comment ses amis parviennent à être heureux et à aimer la vie.

Incipit

Il était une fois un psychiatre qui s’appelait Hector et qui pensait que on métier était de fabriquer des lunettes roses.

Aider ses patients à changer leur manière de voir les choses, de se voir eux-mêmes, et le monde aussi, c’était comme les équiper de nouvelles lunettes, ou en tout cas moins sombres ou moins de travers que celles qu’ils portaient habituellement et qui leur faisaient louper les marches de la vie.

Cependant Hector ne voulait pas fournir à ses patients ce genre de lunettes trop roses qui empêchent de voir qu’on a des problèmes à affronter, comme celles que l’on peut se faire pousser sur le nez en buvant quelques verres de trop par exemple.

Mon avis

J’ai lu avec grand plaisir toutes les aventures d’Hector et en ai toujours trouvé de l’apaisement. Le style est très simple, sans prétention, facilement compréhensible. Mais ne vous fiez pas au « Il était une fois » du début : nous ne sommes pas dans un conte pour enfants.

Hector tire à chaque fois des leçons de vie, notées en fin de chapitre, qui sont très utiles au lecteur.

J’aime le fait que François Lelord allie dans ses récits développement personnel, psychologie et roman.

N’hésitez pas à lire l’un d’entre eux.  Je suis certaine que vous parviendrez à mieux vous connaître, et vous sentirez mieux ensuite.

III Tina Kieffer, Une déflagration d’amour

Ce livre est édité chez Robert Laffont et disponible ici.

Vous vous étonnez peut-être de découvrir ce livre ici, mais je l’ai trouvé si agréable à lire et si porteur de sens que je tenais à le mentionner. J’ai rencontré Tina Kieffer lors d’un événement organisé par la marque de vêtements Caroll (soutien historique de l’association Toutes à l’école créée par Tina Kieffer). J’avais déjà un a priori très positif à son encontre, qui s’est avéré. Tina Kieffer a pris le temps d’échanger avec moi, de poser le temps d’une photo et d’écrire une belle dédicace adressée à ma mère.tina-kieffer-une-parenthese-mode

Résumé

Il s’agit d’un récit expliquant les raisons qui ont poussé Tina Kieffer à créer son association. Elle dévoile ensuite les combats menés pour la faire perdurer et surtout pour faire construire un orphelinat au Cambodge, pays où elle a adopté sa fille.

Rien ne la destinait à cela : mère de 4 enfants, directrice du magazine Marie-Claire, connue et reconnue, elle se rend dans un orphelinat et a un véritable coup de foudre pour une petite fille qu’elle va désirer adopter à tout prix. Tina Kieffer a fini par laisser sa vie parisienne, confortable, pour aller vivre au Cambodge et soutenir au plus près la cause qui lui tient à coeur.

Incipit

Je ne me souviens de rien. Ce que j’ai fait le week-end dernier, la série que je viens de regarder sur Netflix, le visage et le nom des gens que je croise, j’efface tout. Au fur et à mesure que j’avance dans la vie, je vide le disque dur de mon cerveau, avide d’émotions nouvelles. Et pourtant, je garde des images infiniment précises de mon premier séjour au Cambodge. Je revois le ciel d’orage sur la végétation vert cru qui dévore l’hôtel dans lequel nous étions descendus. Je sens l’odeur du curry mêlée à l’oxyde de carbone des pétrolettes trafiquées.

Mon avis

J’ai aimé lire ce livre sensible, bien écrit, qui constitue une grande leçon de persévérance.  Pour être honnête, je craignais de m’ennuyer un peu, pensant que l’association serait trop centrale dans le récit.

Mais ce n’est pas le cas : ce récit est autobiographique.  L’auteure y dévoile ses relations amoureuses, les liens qu’elle entretient avec ses parents et avec ses propres enfants. Il s’agit d’un récit intime mais jamais impudique.

 

 

0 commentaire
Précédent article: L’hypnose : à tester ou à éviter ?Article suivant: Les 5 meilleurs conseils que j’ai reçus

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles
Restons en contact
 

Retrouvez mes anciens articles