La solidarité féminine existe-t-elle ?

Depuis la tristement célèbre affaire Weinsten et les « Balance ton porc », les dénonciations de femmes abusées, violentées ou violées par des hommes se sont multipliées. Il était nécessaire que la parole se libère, que justice soit rendue dans la mesure du possible. Il m’a semblé alors que la fameuse « solidarité féminine » se révélait à mes yeux.

Je ne compte plus le nombre de podcats féministes, de « girl power » anonnés sans cesse. A priori cela me semblait positif. Dès qu’un grand mouvement solidaire se forme, c’est motivant et réjouissant. Mais qu’en est-il dans la réalité ? Je n’ai pas fait une étude sociologique, je vais vous exposer mon point de vue, étayé par ma propre expérience. Mais c’est dans le particulier que l’on trouve l’universel.

Cet article s’écrit dans ma tête depuis quelques semaines (oui mon cerveau fonctionne ainsi), je me lance aujourd’hui car je sens qu’il est prêt. Je pourrais l’écrire sous forme de dissertation en trois parties, mais j’ai envie d’une forme moins contrainte et je vais énumérer des situations qui m’amèneront à une conclusion.

I L’élection de Misscouronne-julien-d-orcel

Quand je pense à ce sujet, une vieille anecdote me revient immédiatement en tête. Quand j’avais 20 ans, j’ai participé à une élection de Miss. Il ne s’agissait pas de Miss France (même si Genevièce de Fontenay me l’avait proposé ensuite, mais c’est un autre sujet). C’était un comité parallèle : Miss World France.

Comment j’en suis arrivée là ? Ce n’est pas le sujet non plus mais je sais que vous vous posez la question : ma famille m’y avait incitée, et j’étais curieuse.

L’élection se passait dans le magnifique Trianon Palace à Versailles. Des créateurs étaient présents pour habiller les Miss. Un créateur m’a tout de suite repérée avec mon blond vénitien et a choisi pour moi une fabuleuse robe vert gazon en soie sauvage. Je me laissais porter, occupée que j’étais par une véritable observation sociologique. Tout commençait sous les meilleurs auspices. 

La tenue était fournie mais nous devions apporter une paire d’escarpins. Je n’en avais pas à l’époque et en avais acheté exprès pour l’occasion, à contre-coeur car je n’avais pas du tout envie de porter des talons !escarpins-talons-fins

Peu de temps avant notre défilé, je souhaite passer aux toilettes, et laisse sous une chaise mes affaires (et mes chaussures) je demande à une fille présente à mes côtés si elle peut les surveiller. 

Oui oui pas de problème.

Quand je reviens 3 minutes après, la fille n’était plus là, et mes chaussures non plus ! Je les ai cherchées partout, en vain. Personne ne voyait de quoi je parlais bien sûr !

J’ai donc dû défiler avec des escarpins pointus absolument affreux (prêtés par le créateur) et surtout trop grands pour moi car je fais du 39 1/2 et c’était du 41 (pointure fréquente des mannequins).

A l’époque je ne savais pas trop marcher avec des talons, mais je m’étais entrainée avec ceux que j’avais achetés, mais là avec des escarpins trop grands c’était très difficile.

—> Mais surtout quelque chose s’est brisé en moi : moi la naïve (parfois) pleine de bons sentiments, j’ai été confrontée à la concurrence, au mensonge et à la méchanceté. Je n’aurais jamais imaginé qu’on puisse me voler mes chaussures pour m’empêcher de concourir !

II Le ticket démagnétisé anciens-tickets-metro

Quelque temps plus tard, je prends le métro et comme d’habitude mon ticket était démagnétisé. Oui ça arrivait déjà à l’époque et c’était déjà un vrai fléau. Je devais me dépêcher car je donnais un cours particulier, il n’y avait pas de guichet ouvert. Je demande alors à une dame qui allait passer  :

Bonjour, puis-je passer avec vous car mon billet est démagnétisé ?

Elle me regarde de haut en bas et de bas en haut puis m’envoie, avec le plus grand dédain du monde, un « Non » ferme et définitif.

—> En soi ce n’est pas grave du tout mais ça m’a profondément marquée. Je m’en souviens encore comme si c’était hier alors que nous étions au début des années 2000, car cela faisait partie de mes premières désillusions. Plus que le refus, c’est ce dédain qui m’a stupéfaite.

III Le « mannequinat à deux balles »mannequins-salon-mode

C’est d’ailleurs une fille qui ne me supportait pas qui m’a dit : « Ah toi avec ton mannequinat à deux balles » mais elle avait ses raison et je ne lui en veux pas.

Cette période a été difficile. Je n’étais pas attirée par ce milieu, mais on m’arrêtait dans la rue pour me proposer d’en faire, donc à force j’ai voulu tenter. Je pourrais écrire tout un article au sujet du peu que j’ai vu de ce milieu, et qui m’a confortée dans ma mauvaise impression. Mais je retiens seulement une phrase, dite par une femme bien sûr.

Une marque de vêtements en cuir m’avait employée en tant que mannequin pour le Who’s Next (le salon des professionnels de la mode). Quand j’arrive devant la femme du patron pour les essayages. Elle me regarde elle aussi avec le plus grand dédain et dit :

Elle, elle fait un 90 C, mais elle a tout dans le dos alors !

Oui à l’époque je faisais du 90 C, je suis certaine que c’est l’information que vous retenez, mais j’ai maigri (de partout) depuis mes grossesses.

—> J’ai trouvé cette parole tellement dédaigneuse, surtout face à moi mais en disant « elle », comme si j’étais un objet ou un être décérébré. Je n’arrivais même pas à comprendre, je m’imaginais avec des seins dans le dos. J’ai le dos large mais quand même, il y a des limites 😀

IV La photographe pour le mariageappareil-photo

Je précise que ce n’est pas la « photographe de mariage » car nous avions choisi un homme, absolument génial par ailleurs.

Une semaine avant le mariage je me suis rendue chez le coiffeur pour faire le test du chignon que j’allais porter le jour J. Tout se passe très bien et le résultat m’enchante, la coiffeuse est très fière de son travail également. Elle me propose de me rendre chez la photographe à côté pour garder un souvenir et pour qu’elle utilise les photos dans son book professionnel.

Quand nous entrons chez la photographe, ma gentille coiffeuse annonce

Voici notre mannequin du jour.

Et la photographe de répondre du tac au tac :

Pour la taille oui, mais pas pour le reste.

Vous vous rendez compte de la violence de cette phrase ? Je n’en reviens toujours pas.

—> Il n’y a rien d’autre à ajouter. Comment peut-on prononcer de tels mots, de manière lapidaire ? Ca m’a profondément blessée. A la limite si j’étais arrogante, que je me pavanais au point d’en être insupportable, pourquoi pas (et encore). Mais j’étais discrète, réservée, je tentais de me construire une confiance en moi, et voilà ce que je subis, gratuitement.

Fin de la première partie

Je vais m’arrêter là aujourd’hui, j’ai déjà beaucoup écrit, et je réalise que cela me fait le plus grand bien. Je publie la suite de mes aventures demain promis, avec une conclusion qui tiendra lieu d’analyse.  Bien sûr plus j’écris plus de nouvelles histoires me reviennent, mais je vais faire le tri.

Je vais quand même analyser cette première partie, vous pensez certainement que la jalousie en est la cause. Pendant longtemps je n’arrivais pas à le concevoir, ça me dépassait car je ne fonctionne pas ainsi. Je me réjouis pour les autres quand il leur arrive de jolies choses. Néanmoins, celle qui est toujours à mes côtés et m’a toujours soutenue me le disait à chaque fois :

Mais c’est de la jalousie Karine. Moi aussi j’ai mis du temps à le comprendre. C’est de la ja-lou-sie.

Maintenant je l’ai compris, et je ne peux pas lutter contre, alors je n’ai qu’une chose à dire : merci maman.

Moralité

Il faut toujours écouter sa maman, c’est elle qui voudra le meilleur pour vous.

PS : Je vous devance, je sais que ce n’est pas toujours le cas et les cabinets de psychologues résonnent encore de nombreux contre-exemples. Mais c’est mon cas et j’ai de la chance.

 

 

21 commentaires
Précédent article: Détails du dimancheArticle suivant: Détails du dimanche

Commentaires

  • Mymi

    septembre 28, 2019 à 22 h 47 min
    Répondre

    Mais quelle(s) violence(s) ! J'ai honte de nous ! Les femmes ! Enfin de celles qui ont pu faire preuve de tant de fiel ! […] Lire la suiteMais quelle(s) violence(s) ! J'ai honte de nous ! Les femmes ! Enfin de celles qui ont pu faire preuve de tant de fiel ! Outre la jalousie, il y a malheureusement des gens qui font payer aux autres leurs propres souffrances, frustrations, complexes d'infériorité, ce qui n'excuse rien, évidemment. Jalousie et aigreur, donc. Heureusement que cela ne t'a pas affaiblie ! Moi qui me demandais justement pourquoi tu n'avais pas davantage percé dans ce milieu du mannequinat, j'ai ma réponse : ces quelques expériences ne donnent pas envie ! Oui, je crois en la sororité, ce sera peut-être l'objet de ton prochain article ? Nous devons nous serrer les coudes, nous épauler sans nous juger. La vie est parfois suffisamment difficile pour ne pas y ajouter de la méchanceté.. C'est d'ailleurs pour cela que j'interviens de plus en plus souvent ici (et ailleurs) lorsque je suis sensible à ce que tu portes/dis : pourquoi briderais-je les compliments qui me viennent à la bouche - par réserve ?- alors que, qui sait, cela pourrait te faire plaisir ? Et c'est une conduite que je m'efforce de rendre plus fréquente auprès de celles que j'estime/apprécie.. Force et courage, Karine, c'est mon mantra ! Et avis aux haters, cette femme est sublime ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Mymi

      septembre 29, 2019 à 22 h 39 min
      Répondre

      Oh merci de ton soutien Mymi. Tu me connais bien donc ça me touche beaucoup ! Et merci de commenter plus souvent. En effet j'y suis […] Lire la suiteOh merci de ton soutien Mymi. Tu me connais bien donc ça me touche beaucoup ! Et merci de commenter plus souvent. En effet j'y suis très sensible. Oui je compte aborder la sororité dans la deuxième partie de mon article :-) Lire moins

  • Magali

    septembre 26, 2019 à 20 h 40 min
    Répondre

    La jalousie entre femmes est tenace. Elles peuvent être capables des pires coups bas ! Hâte de lire la suite.

    • uneparenthesemode
      à Magali

      septembre 29, 2019 à 22 h 39 min
      Répondre

      C'est vrai que cette jalousie peut être terriblement cruelle.

  • birkenstraffen

    septembre 25, 2019 à 16 h 28 min
    Répondre

    Waw, quel témoignage! J'avoue que je ne suis pas du tout étonnée par toutes ces réactions : je me suis souvent dit, en observant mes […] Lire la suiteWaw, quel témoignage! J'avoue que je ne suis pas du tout étonnée par toutes ces réactions : je me suis souvent dit, en observant mes élèves, que les filles, par jalousie, pouvaient être de véritables monstres! Notamment dans le domaine du "slut shaming", parmi mes élèves, c'étaient les filles les plus virulentes... En revanche, je n'aurais jamais imaginé que tu aies été victime de tels agissements! Merci pour cet article (et j'attends la suite avec impatience) ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à birkenstraffen

      septembre 29, 2019 à 22 h 40 min
      Répondre

      Merci de ton commentaire ! Oui j'ai remarqué aussi les propos virulents que mes élèves pouvaient tenir entre elles. Heureusement je me suis remise de tout […] Lire la suiteMerci de ton commentaire ! Oui j'ai remarqué aussi les propos virulents que mes élèves pouvaient tenir entre elles. Heureusement je me suis remise de tout cela, mais ça m'a quand même marquée à jamais. Lire moins

  • FredOuistiti

    septembre 25, 2019 à 8 h 07 min
    Répondre

    J’ajouterai les femmes qui ne m’ont jamais laissé leur place dans le métro quand j’étais enceinte et qui regardaient à l’opposé quand elles me voyaient […] Lire la suiteJ’ajouterai les femmes qui ne m’ont jamais laissé leur place dans le métro quand j’étais enceinte et qui regardaient à l’opposé quand elles me voyaient monter dans la rame... Heureusement, au milieu de toutes ces mauvaises âmes, on rencontre de belles personnes... comme toi ❤️ Lire moins

    • uneparenthesemode
      à FredOuistiti

      septembre 29, 2019 à 22 h 42 min
      Répondre

      Ah le cas de la femme enceinte à qui une autre femme ne laisse pas sa place, je comptais en parler dans la suite de […] Lire la suiteAh le cas de la femme enceinte à qui une autre femme ne laisse pas sa place, je comptais en parler dans la suite de mon article... si j'arrive à me poser pour l'écrire. Et je te retourne le compliment sur les belles rencontres que l'on peut faire Lire moins

  • So

    septembre 25, 2019 à 0 h 41 min
    Répondre

    J’ai hâte de lire la suite ! La soririté lorsqu’elle est réelle et sincère est tellement réconfortante et puissante. Je suis toujours très sensible aux […] Lire la suiteJ’ai hâte de lire la suite ! La soririté lorsqu’elle est réelle et sincère est tellement réconfortante et puissante. Je suis toujours très sensible aux mots et gestes des femmes à mon égard. D’ailleurs un compliment d’une femme me transporte bien davantage que lorsqu’il vient d’un homme (toujours un peu de gène ou que le compliment ne soit pas purement gratuit). A contrario, les coups bas venant d’une femme sont destructeurs. Se valoriser en écrasant l’autre... elles doivent être très malheureuses finalement !! Lire moins

    • So
      à So

      septembre 25, 2019 à 0 h 42 min
      Répondre

      SorOrité !! Saleté d'iPhone :-)

    • uneparenthesemode
      à So

      septembre 29, 2019 à 22 h 51 min
      Répondre

      Moi aussi je suis très sensible aux compliments qui viennent des femmes. Bon sauf les "Tu es superbe ma belle" repétés à toutes les filles […] Lire la suiteMoi aussi je suis très sensible aux compliments qui viennent des femmes. Bon sauf les "Tu es superbe ma belle" repétés à toutes les filles dans la soirée. Et j'en entends beaucoup ! Quand je suis attaquée je me dis aussi qu'elles doivent être bien malheureuses. J'en suis même à les plaindre, mais pas trop longtemps... Si elles pouvaient s'abstenir de m'attaquer pour tenter d'aller mieux ça m'arrangerait. Surtout que c'est inutile. Lire moins

  • Christel

    septembre 24, 2019 à 22 h 02 min
    Répondre

    Pourquoi la solidarité « féminine » devrait-elle exister naturellement, alors que la solidarité « tout court » ne va pas de soi ? Bon, je ne vais pas digresser […] Lire la suitePourquoi la solidarité « féminine » devrait-elle exister naturellement, alors que la solidarité « tout court » ne va pas de soi ? Bon, je ne vais pas digresser sur l’égoïsme humain ... En revanche, les situations évoquées me font penser au modèle éducatif souvent mis en place pour les petites filles : on leur instille l’idée d’une compétition entre elles très tôt avec des formules : « tu es la plus belle » , «  comme tu es bien habillée » ... pour les garçons, ce sont les activités de groupe que l’éducation ou la société ont tendance à valoriser, Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas rivalité entre eux, mais elle se manifestera dans des circonstances moins mesquines que celles que tu décris. Mais les filles ne sont pas « naturellement » moins solidaires que les garçons ; je pense foncièrement que c’est l’éducation qui les construit ainsi. Malgré tout, on peut cerner les contextes où cette mesquinerie s’exerce ( le paraître, notamment, car c’est là que l’éducation construit un rapport de rivalité par exacerbation narcissique ). Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Christel

      septembre 29, 2019 à 22 h 52 min
      Répondre

      Merci beaucoup pour ton commentaire très constructif qui apporte un éclairage tout autre. As-tu fait des études de psychologie et/ou de sociologie pour analyser aussi bien […] Lire la suiteMerci beaucoup pour ton commentaire très constructif qui apporte un éclairage tout autre. As-tu fait des études de psychologie et/ou de sociologie pour analyser aussi bien les choses ? En tout cas merci encore. Lire moins

  • Maureen

    septembre 24, 2019 à 20 h 31 min
    Répondre

    Bonsoir Karine, On converse souvent sur Instagram mais ce soir j'ai plutôt envie de te répondre ici. C'est "amusant" car nous sommes beaucoup de femmes à ressentir […] Lire la suiteBonsoir Karine, On converse souvent sur Instagram mais ce soir j'ai plutôt envie de te répondre ici. C'est "amusant" car nous sommes beaucoup de femmes à ressentir ce dont tu parles ici. Ce genre de réflexions ne vient quasiment jamais d'hommes, ils ne s'attachent pas aux même détails. Est-ce une question d'éducation? De perception? Même si on tend de plus en plus à ne pas faire de différence. J'ai subi aussi des critiques injustes de la part de la famille et de collègues, juste par jalousie. C'est horrible, on ne se rend pas compte à quel point la parole, un regard mal placés peuvent détruire la confiance voire la personne entière. En début d'année j'ai suivi une formation (Process Communication) qui m'a aidée à être plus tolérante et surtout à lâcher prise sur des situations où finalement le meilleur moyen d'avancer c'était de laisser couler. Je sais que tu es bienveillante, je le suis également, et je comprends très bien ton sentiment. Je sais que tu fais de ton mieux pour tout, mais surtout n'aies pas à te soucier des autres. Sois en accord avec toi-même et tes proches, profite de ce que la vie t'offre. 😘 On m'a recommandé le livre "Les quatre accords toltèques", je ne sais pas si tu connais, je pense que c'est une bonne lecture pour relativiser et profiter des instants de la vie. 😊 Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Maureen

      septembre 29, 2019 à 22 h 55 min
      Répondre

      Oui les mots peuvent blesser à jamais. Et être victime d'une jalousie virulente c'est terrible. Ta formation devait être passionnante. J'ai moi aussi compris qu'il fallait […] Lire la suiteOui les mots peuvent blesser à jamais. Et être victime d'une jalousie virulente c'est terrible. Ta formation devait être passionnante. J'ai moi aussi compris qu'il fallait laisser dire. Je conseille toujours l'indifférence aux élèves quand ils se font attaquer, donc je vais faire de même. Merci pour le conseil de ce livre, j'en ai entendu parler plus d'une fois dans des podcasts, je vais le lire ! Et enfin merci de laisser un commentaire ici :-) Lire moins

  • Isabelle

    septembre 24, 2019 à 20 h 17 min
    Répondre

    Mais il y a tellement de femmes formidables Karine; pourquoi focaliser sur celles le plus souvent liées â l'industrie du paraître?

    • uneparenthesemode
      à Isabelle

      septembre 29, 2019 à 22 h 57 min
      Répondre

      Oui heureusement qu'il y a aussi des femmes formidables et de belles rencontres. Mais dans une première partie j'ai trouvé cela important d'évoquer ce que […] Lire la suiteOui heureusement qu'il y a aussi des femmes formidables et de belles rencontres. Mais dans une première partie j'ai trouvé cela important d'évoquer ce que j'ai connu. Je serai plus optimiste dans la suite de mon article. Lire moins

  • Crazyshoppeuse

    septembre 24, 2019 à 18 h 57 min
    Répondre

    Bonsoir Karine. Ce début d'article est édifiant. Je ne sais même pas comment les femmes dont tu parles ont eu l'idée ou "la force" de dire ou […] Lire la suiteBonsoir Karine. Ce début d'article est édifiant. Je ne sais même pas comment les femmes dont tu parles ont eu l'idée ou "la force" de dire ou faire ces choses ! Pourtant ça ne m'étonne pas. Je pense que nous avons toutes, à un moment de notre vie, été confrontées à ce genre de choses. Certaines plus que d'autres. Même ces femmes au comportement terrible. Qui n'ont pourtant pas hésité à tenter de t'humilier, te blesser. Certaines femmes maltraitent leurs égales aussi sûrement que certains hommes le font. Peut-être même plus parfois. Parce qu'elles savent d'expérience combien ce sera douloureux, blessant et qu'elles n'hésitent pas à s'en servir. Je suis "contente" que tu rédiges ces articles car tu ne mâches pas tes mots et que tu parles de solidarité féminine de façon réaliste. Et non à travers un discours édulcoré où les clichés se succèdent. Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Crazyshoppeuse

      septembre 29, 2019 à 22 h 59 min
      Répondre

      Merci pour tes mots si justes. Oui pour moi c'était nécessaire d'évoquer tout cela, et j'évoquerai plus tard des choses plus positives. Mais j'ai encore quelques […] Lire la suiteMerci pour tes mots si justes. Oui pour moi c'était nécessaire d'évoquer tout cela, et j'évoquerai plus tard des choses plus positives. Mais j'ai encore quelques points négatifs à aborder avant :-D Lire moins

  • C

    septembre 24, 2019 à 18 h 23 min
    Répondre

    Je m'inscris exprès pour y laisser un commentaire, chose que je ne fais jamais. Ton article résonne tellement en moi, et je pourrais aussi y […] Lire la suiteJe m'inscris exprès pour y laisser un commentaire, chose que je ne fais jamais. Ton article résonne tellement en moi, et je pourrais aussi y relater moult mésaventures mais pas ici. Ça serait trop long. Le coup de la nana qui surveille tes chaussures et qui disparaît avec, c'est gerbant. Je m'y ferais jamais à ce genre de gourdasses ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à C

      septembre 29, 2019 à 23 h 01 min
      Répondre

      Merci de laisser ici ton premier commentaire ! Je compatis pour ce que tu as vécu, je suis bien placée pour te comprendre. Oui je n'en revenais […] Lire la suiteMerci de laisser ici ton premier commentaire ! Je compatis pour ce que tu as vécu, je suis bien placée pour te comprendre. Oui je n'en revenais pas qu'on puisse faire ça. Je me disais "Ce n'est pas possible, elle a dû mettre mes chaussures ailleurs pour les garder en sécurité." Lire moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles
Restons en contact
 

Retrouvez mes anciens articles