Lecture : L’heure de la sortie de Christophe Dufossé

Un roman que j’ai déniché chez Emmaus ; j’avais été séduite par le résumé et l’incipit. Je les ai d’ailleurs lus aux élèves et ils étaient nombreux à être intéressés par le sujet. Néanmoins je ne les ai pas incités à le lire, car après avoir été enthousiaste durant la première moitié du roman, j’ai déchanté car ça allait trop loin.41b5xyaverl-_sx195_

Voici l’incipit :

Eric Capadis est décédé à dix-sept heures aux urgences de l’hôpital Trousseau le lundi 19 février 1995.

Pendant le temps que dura son bref séjour dans la salle de classe numéro 109 du collège, il est probable qu’il avait dû à de nombreuses reprises regarder par la fenêtre – d’où il n’avait pu finalement s’empêcher de sauter – le marronnier au pied duquel il devait s’écraser au cours de l’année scolaire. L’accident était arrivé vers treize heures trente, peu après la deuxième sonnerie, pendant que ses élèves de quatrième attendaient à la porte de la classe qu’il leur donne l’autorisation d’entrée. Ils déclarèrent plus tard à la police que n’ayant entendu aucun bruit à l’intérieur, ils avaient alors pensé que leur professeur était absent.

Des grappes d’enfants étaient encore massées autour du corps lorsque je tentai un quart d’heure plus tard de me frayer un chemin parmi eux. Leurs visages crispés, leur immobilité spectrale soulignée par les phares des véhicules de police allumés en plein jour évoquaient les survivants étonnés d’un désastre écologique. Cramponné au bras du professeur d’éducation physique, le maître de stage de Capadis, Christine Cazin se tenait à l’écart sous les feux tournants de l’ambulance qui venait de pénétrer dans la cour du collège. C’était une jeune femme blonde d’une trentaine d’années avec laquelle Capadis avait eu depuis le début des rapports de force sans conséquence.

Résumé

Eric Capadis, jeune professeur d’histoire-géographie, vient de se suicider. Son remplaçant, Pierre Hoffman, réalise qu’il est le seul volontaire à lui succéder. Tous les membres de l’équipe enseignante semblent fuir la classe de 4ème à qui il enseignait, comme si elle était maudite. En menant un peu son enquête, il réalise que des mystères non élucidés poursuivent ce groupe d’élèves soudés, anormalement disciplinés, qui dégagent une hostilité diffuse. Pourquoi l’un d’entre eux s’est-il suicidé il y a quelques années ? Ainsi que l’une de leurs institutrices ? Il ne peut qu’assister, impuissant, au déroulement du plan qu’ils ont conçu.

Mon avis

Un roman très bien écrit, étonnant, qui me parle puisque je suis enseignante en collège, surtout auprès de classes de 4ème, mais les rapprochements s’arrêtent là… et heureusement ! Un texte atypique, déstabilisant, intriguant, qui a reçu le prix du Premier Roman en 2002… A vous de vous faire votre opinion 🙂

PS : Le petit vote du jour ? Ca se termine demain. Merci d’avance à vous <3capture-decran-2016-10-25-a-19-50-56

1 commentaire
Précédent article: Décoration : mes repéragesArticle suivant: Détails du dimanche

Articles liés

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles
Restons en contact
 

Retrouvez mes anciens articles