Ce que personne ne vous dit sur la péridurale

J’écris enfin cet article qui me tient à coeur, et cette rédaction est une véritable nécessité. Je sais que poser des mots sur ces maux que j’ai endurés me permettra de m’alléger et sera utile à d’autres.

  1. 1. Mes deux premières péridurales

Pour résumer la situation, je procède à un petit historique :

J’ai accouché de mon 3ème enfant le vendredi 10 février 2017. Il était pour moi évident que j’allais demander une péridurale.

Mes deux premiers accouchements ont eu lieu à l’hôpital Privé d’Antony. J’ai à chaque fois eu l’entretien avec l’anesthésiste qui m’a expliqué en quoi consistait la péridurale et quels en étaient les risques. Les choses étaient claires, j’ai pu poser mes questions, et faire un choix éclairé.

En voyant arriver l’anesthésiste, sympathique et souriant, j’ai eu l’impression de le connaître… et c’était le cas ! Il s’agissait de l’ancien petit ami d’une copine de Lettres Classiques. La dernière fois où je l’avais vu c’était des années auparavant, à une soirée déguisée où j’étais Mary Poppins et lui un pirate. Je me suis sentie en confiance, il a posé la péridurale lors de mes deux accouchements, rapidement sans me provoquer aucune douleur. C’était efficace et bien dosé.

 

Je n’ai pas eu d’effets secondaires après ces deux péridurales, même pas de douleurs au niveau du point de ponction, mais mon ostéopathe a senti que la zone était plus dense.

      2. Ma troisième péridurale

Depuis, nous avons déménagé à Vincennes donc je n’allais pas faire un long trajet pour retourner à Antony. je l’ai regretté car j’avais adoré la prise en charge et le suivi au sein de cet hôpital. J’ai donc choisi l’hôpital de Saint Maurice, sur les conseils d’une amie, et je m’y suis tout de suite sentie bien. L’heure de mes rendez-vous avec le gynécologue comme avec la sage-femme était respectée, j’ai pu visiter la maternité et je n’avais qu’une hâte : y accoucher. Car oui je fais partie de celles qui adorent être enceinte et accoucher malgré les différents maux qui ne m’ont pas épargnée.

J’ai eu le rendez-vous obligatoire avec l’anesthésiste, mais cela a duré 2 minutes ! Il a simplement regardé mes résultats de prise de sang et déclaré qu’il en avait rarement vu d’aussi parfaites (!?) puis touché ma colonne vertébrale à travers mon pull… Je n’ai eu aucune information sur la péridurale, peut-être parce que c’était mon 3ème enfant et que je connaissais ou peut-être parce que l’hôpital propose une réunion consacrée à la péridurale. Je ne m’y étais pas inscrite mais j’aurais dû.

J’étais bien décidée à recevoir la péridurale. Le jour J, le 10 février (la date que j’avais choisie) j’ai géré mes contractions pendant quelques heures (elles étaient espacées de 10 minutes) et nous sommes partis au petit matin. Je ne voulais pas arriver trop tard pour ne pas manquer cette fameuse péridurale… si j’avais su !

Je ne vous raconte pas le déroulement de la journée de mon accouchement (même si j’en ai envie car elle était parfaite à mes yeux). Et je me concentre sur le moment de l’arrivée de l’anesthésiste.

Le col était dilaté à 5, j’étais en salle de travail et avais demandé la péridurale. Les sages-femmes demandent alors à mon mari de sortir, le lui répètent plusieurs fois et se font insistantes. Nous avons été surpris car il était resté dans la même salle que moi les autres fois. Mais on nous a dit que des hommes peuvent s’évanouir en voyant la taille de l’aiguille, ce que nous comprenons tout à fait.

(Dessin : Mademoiselle Caroline)

Un infirmier entre et me dit que c’est lui qui assiste l’anesthésiste. Il prépare la zone stérile dans mon dos et m’explique ce qu’il fait. On me dit alors que l’anesthésiste est là et s’apprête à piquer. J’ai tout simplement halluciné : il allait piquer dans mon dos sans que je l’ai vu ? Sans s’être présenté face à moi ? Je me retourne alors et constate que c’est une jeune femme en réalité, au visage fermé. Je vois tout de suite qu’elle est stressée, je le sens et je ne me trompe jamais sur mon ressenti.

Elle commence alors à piquer. La piqure d’anesthésie locale me fait mal, ça commence bien. Il faut savoir que je ne suis pas du tout une phobique des aiguilles, heureusement vu les multiples prises de sang auxquelles j’ai droit pour surveiller la thyroïde et la toxoplasmose. Bref, quand elle met l’aiguille de péridurale elle me demande si je ressens plus à gauche, au milieu ou à droite. A chaque fois c’était à droite, je ne sais pas à quoi cela correspond. Mais je comprend simplement qu’elle n’arrive pas à piquer au bon endroit et qu’elle s’y reprend à plusieurs fois. L’anesthésiste que j’ai vue ensuite (mes aventures débutent à peine) m’a d’ailleurs déclaré :

« Je n’ai même pas compté le nombre de trous que vous aviez »

Vous imaginez le carnage ?

Je sens qu’elle est de plus en plus stressée. Moi, comme d’habitude, je pense que c’est de ma faute car on me demande de faire le dos rond. pout-être qu’aujourd’hui je ne le fais pas bien ? Je me penche donc autant que possible, en rentrant la tête et en baissant les épaules. Sachant que les contractions étaient de plus en plus fortes et fréquentes, mais que je continuais à les gérer avec la respiration. L’infirmier (que j’ai revu ensuite) m’a d’ailleurs dit :

« Oui vous j’ai vu que vous étiez stoïque, pas du tout stressée ».

Sauf que je sentais que quelque chose n’allait pas. Elle a déclaré : « Je vous dis tout ce que je fais » puis me disait « je pique » après l’avoir fait et en m’ayant fait sursauter !

C’est l’infirmier qui lui avait montré où était le matériel et qui continuait à lui donner des indications. A un moment elle a lui a dit :

« Je ne sais pas ce que j’ai, peut-être parque c’est la première fois que nous travaillons ensemble »

puis elle s’est adressée à moi en disant

« mais je vous rassure ce n’est pas la première fois que je pose une péridurale »

Euh, comment vous dire que là précisément j’ai l’impression d’être un cobaye pour quelqu’un qui s’exerce ? Et que le fait de préciser cela me fait justement peur !

J’ai eu envie de lui dire d’arrêter le massacre mais c’était trop tard. A un moment j’ai senti que quelque chose remontait jusqu’à ma tête et j’ai eu soudainement très mal aux épaules et aux cervicales. Je le leur ai dit (il y avait face à moi l’infirmier, la sage femme et l’étudiante sage femme) L’infirmier m’a demandé si j’avais un goût dans la bouche (je ne sais pas pourquoi) J’ai répondu que je m’étais peut-être trop crispée et penchée pour faire le dos rond. Toujours cette tendance à rejeter la faute sur moi et cela semblait arranger tout le monde.

A un moment j’ai enfin entendu « C’est bon, c’est fini ». Et j’ai vraiment eu l’impression d’avoir subi une bataille. J’étais soudain très énervée contre elle, moi qui suis d’un tempérament calme et serein. J’ai dû noter la douleur des contractions, mais c’était la même qu’avant. J’avais l’impression que ça n’avait servi à rien. Je lui ai demandé si je pouvais doser moi les doses, elle ma dit « oui oui avec le bouton » mais vu que personne ne me l’avait précisé, comment le savoir ?

Quand mon mari est rentré, il a tout de suite vu que quelque chose n’allait pas. Il m’a dit que j’avais les larmes aux yeux, je ne m’en étais même pas rendu compte. Il était déjà revenu devant la salle de travail une première fois et on lui avait répondu :

« Ca prend plus de temps que prévu »

Mauvais signe non ? Je lui ai désigné du regard l’anesthésiste qui était derrière moi en levant les yeux au ciel pour lui faire comprendre que je ne la sentais pas.

Quand elle est partie, je me suis plainte aux sages-femmes :

« Je ne sais pas ce qu’elle a fait mais j’ai l’impression qu’elle a raté la péridurale, j’espère que je ne vais pas finir paralysée »

Réponse de la sage-femme :

« Mais non ce sont des légendes urbaines, les paralysies c’était au 19ème siècle »

Petite question au passage : la péridurale existait-elle au 19ème siècle ? Je n’en suis pas sûre.

J’ai donc appuyé sur le bouton pour soulager ces contractions, et au bout d’un moment la péridurale a enfin fait effet. J’ai dosé comme je le voulais de manière à sentir sans souffrir. Milan est arrivé très vite, plus rien d’autre ne comptait.

3. Quelques heures après l’accouchement

Une fois dans ma chambre j’ai pu marcher sans problème, mes jambes me répondaient et je me suis dit que j’avais fait une erreur de jugement à son égard.

Mais dans la nuit (j’ai accouché à 17h30) j’ai eu des maux de tête bien plus forts que ceux que je connaissais jusqu’à présent. J’ai eu beau prendre tous les antalgiques auxquels j’avais droit, la douleur ne passait pas. J’en ai fait part le matin à une sage-femme qui m’a dit qu’on allait surveiller ça.

Au moment de m’asseoir pour prendre mon repas de midi, la douleur était tellement forte que j’ai dû m’allonger. Une sage-femme est venue, elle a appelé l’anesthésiste. Cette dernière ne s’est pas déplacée et a conseillé de me donner du café et de l’Acupan. J’ai eu l’impression que cet anti-douleur fonctionnait un peu.

L’après-midi mon mari est revenu avec mes deux « grands » pour qu’ils découvrent leur petit-frère. je n’avais pas eu le courage de me lever pour m’habiller car je n’étais « bien » qu’allongée. La rencontre s’est donc passée avec une maman débraillée, souffrante, et allongée.

Quand les auxiliaires de puériculture sont venues nous montrer les soins à prodiguer au bébé, j’ai tenté de me relever et je me suis allongée. J’ai eu droit à un « Pourquoi vous ne vous levez pas Madame ? «  J’ai dit que j’avais de maux de tête très violents et les cervicales comme bloquées et elle m’a répondu, avec un peu plus d’empathie « D’accord, à surveiller ».

J’ai beaucoup de mal à demander de l’aide aux gens, à dire que ça ne va pas. J’essaie toujours de me convaincre que ce que je ressens n’est qu’une impression; que c’est normal, que ça va passer. Lorsque la nuit est venue j’ai eu de nouveau très mal après le dîner (logique puisque j’étais assise) et on m’a donné un deuxième Acupan mais mon dernier car j’allaitais.

J’ai passé une nuit comme on peut en passer quand on vient d’accoucher.

Le matin j’ai voulu me laver les cheveux pour me sentir mieux avant de rentrer, je l’ai fait en souffrant le martyre et je me suis littéralement jetée sur le lit pour m’apaiser. Le pédiatre est venu examiner Milan pour la sortie, j’ai été incapable de me lever. Je suis restée allongée jusqu’au départ et je m’asseyais seulement pour les repas.

Pour décrire un peu ce que je ressentais, voici la liste des réjouissances :

  • maux de tête intenables type migraines qui irradient le crâne et le front
  • sensation d’avoir la tête et le cou totalement écrasés dans un étau
  • nuque raide
  • trapèzes et épaules bloqués, des lancements à chaque mouvement 
  • acouphènes
  • bourdonnement dans l’oreille droite
  • difficultés à supporter la lumière et le bruit
  • l’impression que mon cou n’arrivait pas à tenir ma tête, comme si elle était trop lourde pour lui, qu’elle l’écrasait

La douleur des contractions (certes je ne suis allée que jusqu’à une dilatation à 7 puis j’ai eu la péridurale) ou même de mon terrible abcès dentaire n’est rien à coté de ce que j’ai vécu. Et pourtant j’ai une grande résistance à la douleur…

J’en étais même à comprendre les personnes percluses de souffrances qui souhaitent mourir. Mais heureusement j’avais une solution pour faire passer ces maux : m’allonger. L’apaisement était alors presque immédiat.

Le sage-femme (c’est toujours étrange d’écrire ça, mais c’était un homme) venu m’examiner pour la sortie m’a dit que mes contractures étaient certainement liées au fait que je m’étais trop crispée pendant la péridurale et pendant l’accouchement, que tout rentrerait dans l’ordre avec un ostéopathe. Malheureusement il n’y en avait pas à l’hôpital, j’avais bien un rendez-vous avec ma super ostéopathe, mais le 21 mars !

Je me disais : « Mais comme les gens doivent souffrir quand ils ont des contractures musculaires »

Mon salut dépendait donc des mains d’une ostéopathe, mais comme les cervicales étaient touchées je ne voulais pas être manipulée par n’importe qui. J’ai donc écrit à ma fameuse ostéopathe, Eléonore, mon mari a fait de même. Elle a répondu qu’elle n’allait pas me laisser souffrir ainsi et passerait dans la semaine.

     4. Le retour à la maison – SOS Médecins

Une fois chez nous, notre famille proche est venue. J’ai pu rester assise un moment, puis la douleur a été de plus en plus forte, partant des trapèzes, raidissant la nuque puis irradiant dans la tête et dans le front. Je suis donc allée m’allonger et j’ai pleuré seule dans le noir pendant au moins deux heures. Mais j’étais « bien » une fois allongée.

Le soir je n’avais qu’une envie : commander des sushis dont j’avais été privée pendant toute la grossesse. Au moment de m’asseoir pour les manger la douleur est revenue encore plus forte et tenace. J’avais faim et besoin d’énergie donc je les ai mangés, mais sans cesser de verser des larmes et sans en sentir la saveur.

Je suis allée me coucher tôt, le bébé à mes côtés.

Dans la nuit, au moment de l’allaiter, j’ai tenté de m’accouder et la douleur m’a immédiatement remise à plat, j’ai reçu comme une irradiation fulgurante dans la tête. Je me suis mise à pleurer, une fois de plus (moi qui ne pleure presque jamais, j’ai bien rattrapé mon retard ! ) Mon mari m’a proposé d’appeler SOS Médecins, et j’ai accepté alors qu’en temps normal j’aurais attendu le matin.

A 4h du matin un petit bonhomme pas réveillé est venu me voir dans la chambre.

On aurait dit qu’il débarquait là, l’air ahuri, et que c’était un faux médecin. Il a écouté le descriptif de mes maux. J’ai fait le rapprochement avec la péridurale :

« J’ai le sentiment qu’elle l’a ratée, mais ce n’est pas possible que ça remonte jusqu’à la tête ? »

Sa réponse :

« Ca peut. Attendez nous allons dans le salon ».

Il a alors consulté longuement son téléphone portable qu’il avait branché là-bas car il n’avait plus de batterie (un peu bras cassé quand même).

Nous le regardions, c’était lunaire. Il a alors déclaré

« Je pense que c’est une brèche, vous connaissez ? « 

Je ne connaissais pas. Il nous a décrit le phénomène brièvement puis a ajouté :

« Il existe une solution qui vient des Etats-Unis, le Blood Patch. Mais ce n’est pas pratiqué partout. »

Si je n’avais pas été si mal, j’aurais ri. On aurait vraiment dit un sketch où un faux médecin lit devant vous Doctissimo. Puis :

« Moi je peux rien faire pour vous. Ou alors vous donner du Topalgic. Vous en voulez ? Ah ça tombe bien j’en ai dans mes poches »

« Vous voulez une ordonnance de Topalgic aussi ? »

Il a été ravi que nous lui disions oui. Il est donc reparti avec un chèque de 82 euros en poche, du Topalgic en moins.

Une fois la porte fermée mon mari a dit :

« C’est pas possible je suis tombé sur un faux numéro et nous avons été arnaqués ».

      5. Retour aux Urgences 

Le lundi matin nous sommes retournés aux urgence de la maternité comme cela nous avait été conseillé par ce petit Monsieur de SOS médecins. Entre temps j’étais allée voir sur Internet ce qu’était une brèche et ça correspondait exactement à ce que j’avais ! Il avait vu juste.

Le trajet de chez nous à la maternité a été un enfer. La position assise me valait des souffrances affreuses, et elles s’amplifiaient au fil des jours. Je suis arrivée au urgences, en pleurs, prête à m’allonger n’importe où tant je ne supportais pas la station debout. On m’a rapidement installée dans une salle de pré-travail où j’ai pu m’allonger. La douleur s’est alors dissipée. Mais à chaque fois que je me relevais pour aller aux toilettes par exemple, elle reprenait de plus belle.

Pendant tout ce temps le bébé était avec nous, je l’ai donc allaité allongée. Le fait de l’avoir avec moi, ainsi que mon mari, m’a permis de me donner de la force et un certain réconfort.

Nous étions le troisième jour après l’accouchement, le jour le pire en matière de baby blues. Celui où la montée de lait coïncide avec la montée de larmes…

Lorsque l’interne de garde est venue me voir, elle n’a pas mis longtemps à comprendre ce que j’avais mais n’a pas voulu me poser de diagnostic. Puis l’anesthésiste est arrivée. J’avais très peur que ce soit celle qui était responsable du carnage, mais c’était une autre, que j’ai immédiatement sentie rigoureuse et bienveillante. Elle a enfin posé des mots sur ce que j’avais et déclaré qu’elle était d’accord pour faire le blood patch. Mais qu’il fallait d’abord que j’essaie de rester allongée, de boire du café, du Coca et beaucoup d’eau. Mon mari a insisté en disant que nous avions déjà fait tout ça, et elle a été d’accord pour faire le blood patch le jour-même.

      6. Définitions

Qu’est-ce qu’une brèche durale (ou brèche de la dure mère, ou syndrome post ponction lombaire) ?

Il set difficile d’en trouver une définition claire et concise. On ne tombe que sur des ouvrages médicaux ou des forums du type Doctissimo, à éviter donc… J’y suis évidemment allée lors de ma nuit de souffrance avant d’aller aux urgences, et on n’y trouve que des gens qui souffrent depuis 5 ans et n’ont rien pu trouver pour les soulager.

En allant trop loin, l’aiguille a fait un trou dans la dure-mère, le canal qui est entre la colonne vertébrale et l’espace péridural. Il y a donc eu une fuite de liquide céphalo-rachidien, le liquide dans lequel baigne notamment le cerveau et qui le protège.

Donc quand je suis allongée, la brèche est comblée par le liquide et les douleurs s’estompent en moins de 15 minutes. Mais dès que je suis debout ou assise, il n’y a pas assez de pression, le liquide ne peut pas monter et les douleurs ressurgissent.

Le blood-patch

Le blood-patch consiste à injecter mon propre sang dans l’espace péridural lombaire pour combler la brèche.

Un infirmier prélevait du sang sur mon bras, que l’anesthésiste a immédiatement injecté avec une aiguille de péridurale, dans les mêmes conditions d’asepsie que pour la péridurale.

Un décubitus (position allongée)  de deux heures doit être respecté après l’injection.

On m’a transportée, allongée, dans une nouvelle salle de pré-travail, où nous avons attendu pendant des heures car il hy avait une urgence majeure. La vie de la maman et du bébé étaient en jeu donc tout le personnel a été mobilisé. Cela fait bien relativiser. A minuit l’anesthésiste est revenue, m’a aidée à me relever, je n’avais plus de douleurs, miracle !

Elle a préféré me garder à l’hôpital la nuit pour observation. Il fallait donc que je reste allongée sans me lever la nuit encore, et sans affaires ni brosse à dents. Cela peut paraitre ridicule mais quand vous n’avez pas pu vous brosser les dents pendant des heures c’est votre obsession !

Le matin le chef de pôle de la maternité (qui était aussi le gynécologue qui me suivait) est venu nous rendre visite dans la chambre et j’ai apprécié cette démarche. Nous sommes donc partis, libérés, délivrés le mardi 14 février.

Le soir j’ai bu un peu de champagne pour la Saint Valentin et mes maux de tête ont repris. J’ai pensé espéré  que c’était lié à l’alcool. Mais en regardant la télé j’ai vu que l’image se déformait et j’avais une persistance rétinienne, ne supportais pas la lumière… Les jours suivants je suis restée presque toute la journée allongée, et dès que je me levais les maux de tête revenaient, d’un côté seulement en revanche, accompagnés de raideurs de la nuque d’un côté aussi.

Le vendredi matin nous sommes donc revenus à la maternité, j’ai revu la même anesthésiste qui a accepté de faire un deuxième blood patch. Elle a auparavant appelé ses collègues de l’hôpital Cochin pour avoir leur avis et éviter le risque de méningite.

Le vendredi soir, pile une semaine après avoir accouché, j’ai enfin pu sortir entièrement libre et prête à profiter pleinement de mon troisième enfant.

L’anesthésiste qui a réalisé les Blood Patchs m’a même écrit un message le dimanche pour savoir si j’étais totalement rétablie, et le fameux médecin de SOS médecins nous a appelés pour savoir comment j’allais !

Bref, je ne sais pas si vous avez lu ce si long texte. L’écrire m’a fait un bien fou et je pense que ce partage d’expérience était important. Si je devais accoucher à nouveau, j’hésiterais à choisir la péridurale car les souffrances que j’ai connues sont bien pires que celles des contractions.

J’en veux encore à cette anesthésiste qui n’avait pas pris la peine de se présenter. Cela dit, peut-être qu’elle n’osait pas annoncer son nom prédestiné car -croyez le ou non – quand on prononce son nom on comprend qu’il s’agit du Docteur « Qui rate » !!

68 commentaires
85 likes
Pécédent article: Beauté : mes favoris de février et marsArticle suivant: Détails du dimanche

Commentaires

  • Melissa

    janvier 14, 2019 à 6 h 27 min
    Répondre

    Je suis actuellement dans se cas la . J’en suis à mon deuxième blood patch’s et j’ai toujours aussi mal . Je suis très inquiète […] Lire la suiteJe suis actuellement dans se cas la . J’en suis à mon deuxième blood patch’s et j’ai toujours aussi mal . Je suis très inquiète de se qu’il va m’arriver Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Melissa

      janvier 14, 2019 à 14 h 22 min
      Répondre

      Courage Melissa. Je suis sure que cela ira mieux après votre deuxième blood patch. Mais je sais quelle souffrance on endure et dans quel désarroi […] Lire la suiteCourage Melissa. Je suis sure que cela ira mieux après votre deuxième blood patch. Mais je sais quelle souffrance on endure et dans quel désarroi on peut être. Je vous embrasse et donnez-moi de vos nouvelles ! Lire moins

  • Iris

    janvier 10, 2019 à 3 h 41 min
    Répondre

    Je vous comprends aussi totalement car il m’est arrivé la même chose il y a 1 mois. Il est important de savoir qu’une péridurale n’est pas […] Lire la suiteJe vous comprends aussi totalement car il m’est arrivé la même chose il y a 1 mois. Il est important de savoir qu’une péridurale n’est pas un acte médical anodin. Dans mon cas le blood patch a provoqué une thrombose veineuse cérébrale (AVC) et avec la perte de l’usage du bras gauche. Donc passage direct de la maternité aux soins intensifs de neurologie où une prise en charge efficace m’a fait retrouver mon bras au bout de quelques jours. Tout comme Marie précédemment je suis vacciné contre la péridurale ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Iris

      janvier 11, 2019 à 0 h 28 min
      Répondre

      Oh la la tout cela juste après avoir mis au monde ton enfant ? Et là ça va mieux, tout est rentré dans l'ordre ? […] Lire la suiteOh la la tout cela juste après avoir mis au monde ton enfant ? Et là ça va mieux, tout est rentré dans l'ordre ? C'est fou que l'on n'en parle pas plus car c'est plus fréquent qu'on ne le croit... Lire moins

  • Marie

    janvier 8, 2019 à 22 h 02 min
    Répondre

    Bonjour, J'ai lu votre post sur la péridurale et je vous comprends tellement puisque j'ai vécu une expérience similaire lors de l'accouchement de mon fils. […] Lire la suiteBonjour, J'ai lu votre post sur la péridurale et je vous comprends tellement puisque j'ai vécu une expérience similaire lors de l'accouchement de mon fils. J'ai accouhé en avril 2013 à l'étranger. On m'a fait rentré chez moi le lendemain de l'accouchement malgré mes plaintes de douleurs anormales. Après 5 jours de douleurs insoutenables et de pleurs en raison de la breche due mère, l'hopital a accepté que je revienne pour me faire un blood patch. J'en veux encore à l'anesthesiste qui m'a ratée et qui était en fait un interne. Je suis désormais vaccinée contre la péridurale... Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Marie

      janvier 8, 2019 à 22 h 16 min
      Répondre

      Bonsoir Marie, Merci pour votre commentaire. A chaque fois que je vois un nouveau commentaire à ce sujet cela me fait froid dans le dos au […] Lire la suiteBonsoir Marie, Merci pour votre commentaire. A chaque fois que je vois un nouveau commentaire à ce sujet cela me fait froid dans le dos au sens propre. De mon côté c'était aussi une interne même s'ils ont tenté de nous faire croire que ce n'était pas le cas. Je lui en veux encore même si j'essaie d'évacuer cela de mon esprit car c'est inutile de broyer du noir, je veux me tourner vers le positif. L'essentiel est que vous ayez été entièrement rétablie, que vous alliez bien et votre enfant aussi Lire moins

  • Laura

    janvier 3, 2019 à 19 h 19 min
    Répondre

    Bonjour, Comme cela a dû être dur pour toi de vivre cela suite à ton accouchement ! Je suis contente que ça se finisse bien pour […] Lire la suiteBonjour, Comme cela a dû être dur pour toi de vivre cela suite à ton accouchement ! Je suis contente que ça se finisse bien pour toi. C'est important que les femmes soient informées des risques encourus par la rachianesthésie. Je n'ai pas subi cela au cours d'un accouchement mais suite à une ponction lombaire réalisée aux urgences. Depuis le 22 août, j'ai un syndrome post ponction lombaire qui s'est chronisicé, avec en prime une pachyméningite à l'IRM cérébrale (les neurologues ne sont pas sûrs à 100% de l'origine de la pachyméningite vu que je n'avais pas réalisé d'IRM avant cette fameuse ponction). Laura Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Laura

      janvier 3, 2019 à 22 h 22 min
      Répondre

      Cela arrive en effet plus souvent après une ponction lombaire :-( Tu as eu un blood patch et malgré tout un syndrôme post PL ? Et pour […] Lire la suiteCela arrive en effet plus souvent après une ponction lombaire :-( Tu as eu un blood patch et malgré tout un syndrôme post PL ? Et pour la pachyméningite tu avais des symptômes ? Je ne sais pas ce que c'est mais je préfère ne pas regarder vu comme j'ai tendance à l'anxiété voire à l'hypocondrie. Je te souhaite bon courage en tout cas ! Lire moins

  • Céline

    septembre 24, 2018 à 15 h 29 min
    Répondre

    Bonjour, Comme il est à la fois étrange et rassurant de lire, que ce soit dans votre texte ou certains commentaires, des mots qui font tant […] Lire la suiteBonjour, Comme il est à la fois étrange et rassurant de lire, que ce soit dans votre texte ou certains commentaires, des mots qui font tant écho à mes propres pensées ! 'Victime' d'une brèche lors de mon accouchement il y a 4 mois, suivie de deux blood patches, je ne suis toujours pas sortie d'affaire car elle ce serait potentiellement 'chronicisée'. Ca fait donc 4 mois que je passe de traitement en traitement (morphine notamment...) et que les médecins semblent ne rien pouvoir faire, si ce n'est me dire que c'est comme ça, ça arrive, je n'ai pas eu de chance mais ce n'est pas grave. Et durant tout ce temps ce sentiment de culpabilité dont vous parlez si bien et qui me font remettre en cause mes ressentis... bref, ceci pour vous remercier. J'ai pleuré mais je me sens moins seule! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Céline

      septembre 24, 2018 à 17 h 08 min
      Répondre

      Oh comme je compatis ! Oui il était essentiel pour moi de parler de cela afin de m'en délester. Officiellement les brèches sont rares mais je […] Lire la suiteOh comme je compatis ! Oui il était essentiel pour moi de parler de cela afin de m'en délester. Officiellement les brèches sont rares mais je réalise qu'elles ne le sont pas tant que ça. Les "bons anesthésites", du moins ceux qui sont expréimentés, partent dans le privé et le public manque cruellement de médecins anesthésistes. De mon côté j'ai vraiment senti qu'elle était stressée et n'avait aucune expérience. Il vous reste quels symptômes ? les maux de tête intenables quand vous êtes debout ? Vous êtes allée voir un osthéopathe ? Peut-être qu'un troisième blood patch est nécessaire. Lire moins

  • Mlon

    août 14, 2018 à 0 h 23 min
    Répondre

    Bonsoir J’ai également tout lu. Je compatis tellement ! Pour des raisons personnelles que J’arrive ! Vais détailler plus loin ?Je suis curieuse de savoir pourquoi tu dis […] Lire la suiteBonsoir J’ai également tout lu. Je compatis tellement ! Pour des raisons personnelles que J’arrive ! Vais détailler plus loin ?Je suis curieuse de savoir pourquoi tu dis qu’il y avait éventuellement un risque de méningite ? Pour ma part j ai subi également une brèche et deux blood patch. Aujourd’hui j ai toujours des céphalées importantes , des douleurs lombaires et lorsque le temps tourne à l orage la pression atmosphérique impact ma pression intracrânienne...mais on m’a bien fait comprendre que je devais être contente de ma situation ! Cette expérience a complètement foutu en l aire les premiers instants avec mon bébé et nos premières journées de famille a 3. Je n ai pas réussi à allaiter car simplement baisser les yeux pour regarder bébé afin de le mettre au sein le paralysait le haut du corps et Le Bras gauche. Est-ce que l’on peut porter plainte ? Ou des démarches ? En effet , l anesthésiste qui m a piqué n’a pas lu mon dossier et lorsqu’il a parlé de brèche méningée je lui ai demandé si cela pouvait avoir un lien avec une éventuelle méningite faite plus jeune . Il m a dit : « oui il aurait fallu nous le dire «  sauf que je l avais signalé à deux reprises lors du rdv avec l anesthésiste . Je suis aussi très en colère comme toi car comme toi je n ai même pas eu le droit de voir à quoi il ressemblait avant qu’il me pique et sans gêne ils se définissait comme le meilleurs Anesthesiste et que par conséquent je n’en devait pas m inquiéter .... je vous passe les autres blagues comme : vous pouvez me décrire vos symptôme . Moi: j ai l impression que mon cerveau est bloquer entre deux placard . Sa réponse : je pensais que les femmes n avait pas de cerveau ! Voilà je suis furieuse ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Mlon

      août 18, 2018 à 15 h 07 min
      Répondre

      Je comprends et je compatis. Quand cela s'est-il passé ? Et où ? On m'a dit que cela n'était pas considéré comme une erreur médicale, que […] Lire la suiteJe comprends et je compatis. Quand cela s'est-il passé ? Et où ? On m'a dit que cela n'était pas considéré comme une erreur médicale, que ça faisait partie des risques de la péridurale. Vous avez encore des douleurs ? C'est anormal car tout est censé rentrer dans l'ordre. Pour l'allaitement c'est regrettable, moi je ne sais même pas comment j'ai réussi car en effet je ne pouvais absolument pas baisser la tête vers le bébé. En effet les médecins minimisent tous cette brèche, c'est ce que j'ai ressenti aussi, comme si finalement ce n'était pas bien grave puisque ça se résout avec des blood patchs... Pour la méningite, c'est à cause des raideurs de la nuque qu'elle voulait écarter ce risque, mais elle était sûre à 99% que c'était bien une brèche vu tout ce que je lui avais décrit. Lire moins

  • jiji

    novembre 5, 2017 à 17 h 09 min
    Répondre

    Bonjour je viens de dire ce texte impressionnant cela m'est arrivé. Il y a 4 semaine horible la douleur la sensation d'être impuissante à cette […] Lire la suiteBonjour je viens de dire ce texte impressionnant cela m'est arrivé. Il y a 4 semaine horible la douleur la sensation d'être impuissante à cette douleur et surtout de négliger son enfant quand le personnel médical vous regard limite on a l'impression qu'on fait semblant question est-ce que avec votre bebe vous avez eu des répercussions concernant l'allaitement moi aussi j'ai été shooter avec tous les medicaments et alors actuelle je vais bien c'est sûr que j'ai le dos éclaté suite à mes 3 interventions de péridurale et avec le blood patch mes j ai juste un petit probleme mon bebe ne dors pas il a besoin d etre rassure j ai l impression qu il a ressentiment mal Lire moins

  • ADELINEMOYON

    juillet 29, 2017 à 8 h 25 min
    Répondre

    Bonjour, Quelle émotion de vous lire! Votre récit résonne avec mon histoire. L'accouchement de mon deuxième enfant a été catastrophique j'ai subi dès le lendemain de […] Lire la suiteBonjour, Quelle émotion de vous lire! Votre récit résonne avec mon histoire. L'accouchement de mon deuxième enfant a été catastrophique j'ai subi dès le lendemain de l(accouchement un blood patch puis un second 48 h après. Le mot brèche de la dure mere a été prononcé pas par l’anesthésiste lui même non lui ne reconnait pas cette erreur (qui peut arriver certes mais qui doit être reconnue), mais par les sages femmes, les infirmières ma gynécologue et les anesthésistes ayant pratiqués les blodds patch. J'ai aussi été voir des ostéopathes qui ne souhaitaient pas me manipuler par craintes de me faire revenir les maux. plus de 6 mois après l'accouchement j'ai enfin été libéré car même si les blodd patch ont fait leurs effets une douleur a persisté. Mon fils a plus de trois aujourd'hui mais la souffrrance d'après accouchement est toujours là et j'ai été suivi par un psychologue pendant un certain temps afin de me libérer. Lire moins

    • uneparenthesemode
      à ADELINEMOYON

      septembre 4, 2017 à 19 h 14 min
      Répondre

      Bonjour Adeline, Je comprends votre émotion. Vous devez vous sentir moins seule en lisant mon expérience. Heureusement que vous avez fini pas trouver une solution pour […] Lire la suiteBonjour Adeline, Je comprends votre émotion. Vous devez vous sentir moins seule en lisant mon expérience. Heureusement que vous avez fini pas trouver une solution pour que vos maux se dissipent. Lire moins

  • Leonie

    avril 7, 2017 à 21 h 02 min
    Répondre

    J'ai lu jusqu'au bout . Vs rédigez cela très bien. Jai appris des choses. Vous êtes bien courageuse. Je suis contente que vous alliez […] Lire la suiteJ'ai lu jusqu'au bout . Vs rédigez cela très bien. Jai appris des choses. Vous êtes bien courageuse. Je suis contente que vous alliez mieux. Profitez bien de votre famille. Lire moins

  • birkenstraffen

    avril 7, 2017 à 20 h 36 min
    Répondre

    Bien entendu, j'ai tout lu! Depuis que tu avais évoqué cette souffrance, j'espérais que tu nous éclairerais! Quelle horreur, cette situation juste après avoir mis […] Lire la suiteBien entendu, j'ai tout lu! Depuis que tu avais évoqué cette souffrance, j'espérais que tu nous éclairerais! Quelle horreur, cette situation juste après avoir mis au monde un petit bébé!Merci pour le témoignage... Lire moins

    • uneparenthesemode
      à birkenstraffen

      avril 13, 2017 à 22 h 57 min
      Répondre

      Oui c'est arrivé dans les jours où nous sommes dans une extrême fragilité. Heureusement je me concentrais sur mon bébé et passais min temps à […] Lire la suiteOui c'est arrivé dans les jours où nous sommes dans une extrême fragilité. Heureusement je me concentrais sur mon bébé et passais min temps à l'admirer, même si j'aurais préféré être ailleurs et pas tout le temps allongée. Lire moins

  • Serena

    avril 7, 2017 à 13 h 16 min
    Répondre

    Coucou Karine, Ohlala ma pauvre, mais quelle horreur, ce genre de situation ne devrait pas arriver, c'est pas normal je trouve ! En tout cas t'as […] Lire la suiteCoucou Karine, Ohlala ma pauvre, mais quelle horreur, ce genre de situation ne devrait pas arriver, c'est pas normal je trouve ! En tout cas t'as été super courageuse et je suis rassurée que tout aille mieux maintenant Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Serena

      avril 13, 2017 à 22 h 59 min
      Répondre

      Merci Serena ! Je ne m'attendais pas à ça, j'ai tendance à faire vraiment confiance, je me dis que ce sont des professionnels. Mais là quand […] Lire la suiteMerci Serena ! Je ne m'attendais pas à ça, j'ai tendance à faire vraiment confiance, je me dis que ce sont des professionnels. Mais là quand j'ai vu son stress j'ai senti que ça pouvait mal se passer. Lire moins

  • annouchka

    avril 7, 2017 à 11 h 08 min
    Répondre

    Encore une fois, je suis sincèrement navrée de lire ce qui t'es arrivé... Je sais à quel point ce fut difficile pour toi et j'espère […] Lire la suiteEncore une fois, je suis sincèrement navrée de lire ce qui t'es arrivé... Je sais à quel point ce fut difficile pour toi et j'espère qu'avec le temps, tu arriveras ne garder que les bons souvenirs de la naissance de Milan. Merci pour cet article qui remet les pendules à l'heure et rappelle que la péridurale reste un acte médical qui n'est pas anodin. On a tendance à l'oublier car elle est effectivement devenue une norme, même si je pense qu'il ne faut pas la craindre pour autant (tu n'as pas eu de chance mais comme tu le dis les complications restent rares). Je trouve dommage qu'un médecin interne ne soit pas mieux assisté dans ses gestes et surtout, que personne ne soit là pour rectifier le tir en cas de besoin. Bien sûr qu'il est normal d'apprendre et de forger son expérience, mais dans ton cas ça me paraît fou qu'on ait laissé ce médecin te piquer autant de fois sans jamais intervenir ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à annouchka

      avril 17, 2017 à 22 h 50 min
      Répondre

      J'arrive de plus en plus à ne garder que les bons souvenirs de la naissance de Milan heureusement. Je suis d'accord avec toi : ce n'est […] Lire la suiteJ'arrive de plus en plus à ne garder que les bons souvenirs de la naissance de Milan heureusement. Je suis d'accord avec toi : ce n'est pas non plus une raison pour craindre la péridurale, c'est quand même une belle avancée qui permet de ne pas trop appréhender la douleur de l'accouchement. Après la brèche, on m'a dit que cette anesthésiste n'était pas une interne mais une intérimaire. Je ne sais pas trop ce qu'il en est réellement. En tout cas c'était la seule anesthésiste de garde. Lire moins

  • chupetta007

    avril 7, 2017 à 7 h 32 min
    Répondre

    C'est une bonne chose d'avoir écrit cet article: à la fois pour informer, mais aussi pour mettre des mots sur ta douleur... Je ne jetterai pas […] Lire la suiteC'est une bonne chose d'avoir écrit cet article: à la fois pour informer, mais aussi pour mettre des mots sur ta douleur... Je ne jetterai pas la pierre à l'anesthésiste "qui a raté", mais plutôt à l'équipe qui l'entourait : c'est humain de rater un geste médical (et d'assumer les conséquences du ratage), mais c'est moins acceptable de laisser un novice rater 4,5,6 fois de suite sans reprendre la main...sachant que plus on rate, moins on a de chances de réussir à la tentative suivante: la faute au stress et à la pression qui monte ! Tu as également mis l'accent sur une lacune importante de notre système de santé : la prise en charge de la douleur! Si tu dis avoir mal, on te prend pour une chochotte. Si tu dis avoir très mal, on te donne un antalgique en te disant qu'il ne faut pas en abuser parce que ce n'est pas bien. Et lorsque tu arrives aux urgences en te roulant par terre, on te demande pourquoi tu es restée dans cet état si longtemps avant de consulter... Merci aussi d'avoir rappelé que toute intervention médicale/chirurgicale, aussi banale soit-elle, comporte un risque: on a trop souvent tendance à l'oublier ! Profite bien de ta santé retrouvée et de ta famille, bises Lire moins

    • Annouchka
      à chupetta007

      avril 7, 2017 à 11 h 11 min
      Répondre

      Tu as parfaitement trouvé les mots que je voulais écrire à Karine... Rater un geste médical, c'est humain mais dans ce cas on fait appel […] Lire la suiteTu as parfaitement trouvé les mots que je voulais écrire à Karine... Rater un geste médical, c'est humain mais dans ce cas on fait appel à quelqu'un de plus expérimenté pour rectifier le tir ! (ce qui est plus inquiétant c'est que ce médecin est visiblement connu pour ça et qu'on le laisse exercer sans réelle assistance !) Lire moins

    • uneparenthesemode
      à chupetta007

      avril 17, 2017 à 22 h 52 min
      Répondre

      Je suis tout à fait d'accord avec toi, je sentais l'agacement des sages-femmes qui assistaient à ça, mais il n'y avait pas de gynécologue et […] Lire la suiteJe suis tout à fait d'accord avec toi, je sentais l'agacement des sages-femmes qui assistaient à ça, mais il n'y avait pas de gynécologue et je crois que personne n'a osé remettre en cause cette anesthésiste. Pour la douleur tu as parfaitement résumé la situation ! En tout cas je cesserai de la minimiser à ce point. Lire moins

  • armelle

    avril 6, 2017 à 21 h 00 min
    Répondre

    Très intéressant, je ne connaissais pas du tout les brèches. Je trouve qu'on devrait en parler tout de même de ce risque-là, lors de la préparation […] Lire la suiteTrès intéressant, je ne connaissais pas du tout les brèches. Je trouve qu'on devrait en parler tout de même de ce risque-là, lors de la préparation à l'accouchement par exemple. On évoque bien quelques risques liés à la péridurale, mais on ne rentre pas dans les détails. On évoque les risques liés à des complications, à une césarienne en urgence, etc,... Peut-être qu'on en parle pas parce que ce n'est pas censé arriver car c'est tout simplement lié à une erreur médicale. Tu as donc raison d'en parler autour de toi. La moindre des choses pour celle qui t'a posé la péridurale, serait de te rencontrer pour parler de cela, cela t'aurait peut-être apaisé, et elle aussi. Lire moins

    • uneparenthesemode
      à armelle

      avril 17, 2017 à 22 h 54 min
      Répondre

      Je sens aussi qu'il faudrait absolument en parler lors de la préparation à l'accouchement. Car toutes les futures mamans voient la péridurale comme une piqure […] Lire la suiteJe sens aussi qu'il faudrait absolument en parler lors de la préparation à l'accouchement. Car toutes les futures mamans voient la péridurale comme une piqure salvatrice sans vraiment avoir pris en compte les problèmes possibles. Et plus j'en parle autour de moi, plus je constate qu'il y en a. En tout cas ce n'est pas considéré comme une erreur médicale. En effet j'aurais aimé qu'elle vienne me voir après cet épisode. Lire moins

  • Mymi

    avril 6, 2017 à 20 h 45 min
    Répondre

    Le cauchemar absolu ! Tout ceci est derrière vous. Profitez bien de cette vie à 5 à présent.

  • Angelina.B

    avril 6, 2017 à 20 h 34 min
    Répondre

    Bonjour carine je suis une cousine germaine de nicolas et je lis votre blog de temps en temps. Cet article me parle beaucoup bien que […] Lire la suiteBonjour carine je suis une cousine germaine de nicolas et je lis votre blog de temps en temps. Cet article me parle beaucoup bien que ce problème ne me soit pas arrivé. J ai connu également de sérieux désagréments post partum notamment une rétention placentaire c est à dire que je me suis promenée avex un morceau de placenta dans l utérus pendant 3 mois pour finalement être opérée en urgence à Marseille moi qui vit en corse. .. bref tout ça pour dire que nous ne sommes jamais assez informées et c'est bien que certaines personnes comme vous en prennent l initiative. Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Angelina.B

      avril 17, 2017 à 22 h 57 min
      Répondre

      Bonjour Angelina, je suis ravie que tu lises mon blog ! Oh la la j'imagine ce que tu as enduré... J'aurais pu vivre ça aussi, mais […] Lire la suiteBonjour Angelina, je suis ravie que tu lises mon blog ! Oh la la j'imagine ce que tu as enduré... J'aurais pu vivre ça aussi, mais j'avais eu droit tout de suite à une révision utérine. Heureusement que la péridurale fonctionnait quand même à ce moment-là :-O Lire moins

  • Nanakie

    avril 6, 2017 à 17 h 02 min
    Répondre

    Merci pour cet article que je découvre à 3 mois de mon accouchement... de telles informations sont toujours importantes à avoir! Je travaille dans le […] Lire la suiteMerci pour cet article que je découvre à 3 mois de mon accouchement... de telles informations sont toujours importantes à avoir! Je travaille dans le domaine hospitalier, mais je ne connais pas vraiment la péridurale, j'avais tout de même entendu parler des brèches sans savoir exactement les conséquences... Effectivement le comportement de l'anesthésiste est déplorable! pas de bonjour, de présentation... Bien sûr elle est humaine et bien sûr elle peut "rater", mais ignorer le patient n'est pas vraiment un comportement acceptable... et ne pas te prévenir qu'elle a des difficultés non plus! L'idéal aurait été qu'elle "passe la main" comme on dit dans le jargon, mais encore faut-il qu'il y aie un collègue dispo à ce moment là...* Un partage d'expérience indispensable! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Nanakie

      avril 17, 2017 à 22 h 59 min
      Répondre

      C'est pour ce comportement que je lui en veux le plus : quand je pense qu'elle s'apprêtait à me piquer dans le dos, sans être […] Lire la suiteC'est pour ce comportement que je lui en veux le plus : quand je pense qu'elle s'apprêtait à me piquer dans le dos, sans être venue face à moi pour se présenter ! En effet j'ai bien cru comprendre qu'elle était la seule anesthésiste à ce moment-là... Merci pour ton commentaire. Lire moins

  • loulou de paris

    avril 6, 2017 à 16 h 59 min
    Répondre

    J'ai tout lu avec attention, et je salue ton courage et me dis que tu as du bien souffrir... heureusement cet épisode est maintenant derrière […] Lire la suiteJ'ai tout lu avec attention, et je salue ton courage et me dis que tu as du bien souffrir... heureusement cet épisode est maintenant derrière toi et tu peux profiter de ta petite merveille. On n'imagine pas tout ce qui se cache derrière certains actes médicaux qui sont désormais "banalisés". Personnellement j'ai eu 2 enfants donc 2 accouchements et j'ai eu à chaque fois une appréhension concernant la péridurale même si je la voulais absolument! et à chaque fois je me suis malgré tout félicitée de l'avoir anticipée car j'ai eu 2 accouchements très rapides et les contractions sont dans ce cas là très rapprochées très rapidement et surtout très intenses. Heureusement tout s'est bien passé mais le corps a quand même des réactions étranges: la 2eme fois au moment où l'anesthésiste m'a piquée, j'étais assise au rebord du lit: ma jambe gauche s'est relevée toute seule mécaniquement à l'horizontale avec une force... comme quand le médecin tape avec son petit marteau sur le genou pour tester les réflexes. Apparement cela n'a inquiété personne! Bref, tu es sortie de tout ça avec un magnifique bébé fort heureusement. profites en bien! Delphine Lire moins

    • uneparenthesemode
      à loulou de paris

      avril 17, 2017 à 23 h 12 min
      Répondre

      Effectivement la péridurale est banalisée. Aujourd'hui, nous avons tendance à tout faire pour l'avoir, notamment en n'arrivant pas trop tard à la maternité. Jusque là je […] Lire la suiteEffectivement la péridurale est banalisée. Aujourd'hui, nous avons tendance à tout faire pour l'avoir, notamment en n'arrivant pas trop tard à la maternité. Jusque là je n'avais aucune appréhension, mais ma position est désormais bien différente. C'est fou ce qu'a fait ton corps au moment de la piqure, et encore plus incroyable que personne n'ait été surpris... Heureusement que tout s'est quand même bien passé te concernant. Oui quand je vois mon bébé j'arrive à tout oublier. Lire moins

  • Vesper L.

    avril 6, 2017 à 15 h 05 min
    Répondre

    Hello ! Je compatis tellement : je connais la brèche suite à une ponction lombaire mal réalisée et j'ai souffert pendant au moins deux semaines […] Lire la suiteHello ! Je compatis tellement : je connais la brèche suite à une ponction lombaire mal réalisée et j'ai souffert pendant au moins deux semaines ! Dans mon cas, rien à faire : on m'a fait une ponction lombaire en me disant de rester allongée 24h, j'étais à l'hôpital mais on m'a apporté un plateau repas juste après la ponction, je me suis donc assise en me disant que les gens savaient ce qu'ils faisaient ... Bref ! Carnage ! j'étais déjà très faible à cause de la maladie, là, c'était le pire du pire. Et concernant les péri, j'ai un long passif pas très gai à cause de ça : une seule sur 5 a réussi en trois accouchement : 5, car on me piquait, ça ne fonctionnait pas, on me repiquait, etc... pour mon premier et dernier accouchement ! En cause, je pense, mon dos complètement tordu (sérieux problème de dos) tant et si bien que je redoute toute piqure dans le dos, telle que rachianesthésie. En début d'année, j'ai été opérée en urgence, j'ai limite été rassurée quand on m'a parlé d'anesthésie générale parce que l'idée de subir une rachi m'angoisse++++ mais je ne pourrais pas y couper cette année, je dois me faire opérer pour son insuffisance veineuse et à mon avis, ça ne sera pas possible autrement.... Brrrr, j'te jure, j'en frémis d'avance ! Je ne veux plus qu'on touche à mon dos. On m'a tellement fait souffrir avec ça... et les accouchements ont été folklo ! J'magine qu'une brèche et une naissance dans la foulée, c'est juste horrible, tu as bien fait de retourner aux urgences pour régler ça !! Bisous Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Vesper L.

      avril 17, 2017 à 23 h 15 min
      Répondre

      Ma pauvre, je ne peux que comprendre ta souffrance. En plus quand on a droit à une ponction lombaire, c'est dans contexte déjà angoissant de […] Lire la suiteMa pauvre, je ne peux que comprendre ta souffrance. En plus quand on a droit à une ponction lombaire, c'est dans contexte déjà angoissant de suspicion de maladie ou de confirmation de diagnostic. Je vois que ton aventure avec la péridurale n'est pas réjouissante non plus. Je comprends que tu appréhendes d'autres piqures. Je penserai bien à toi pour ta prochaine opération. Bises et merci pour ton commentaire ! Lire moins

  • Anne

    avril 6, 2017 à 13 h 26 min
    Répondre

    J'ai tout lu. Ma pauvre. J'ai eu un syndrome post PL à la suite d'une ponction lombaire réalisée par une interne. C'était sa première et […] Lire la suiteJ'ai tout lu. Ma pauvre. J'ai eu un syndrome post PL à la suite d'une ponction lombaire réalisée par une interne. C'était sa première et elle était guidée par le chef de service. Bien sûr il faut bien que les médecins se forment, mais dans les cas comme celui que tu as vécu (ou moi), il est essentiel que le travail soit contrôlé en temps réel par un medecin confirmé, de manière à ce qu'il puisse corriger le tir tout de suite et savoir comment les choses se sont passées (et éviter un carnage !!!). De mon côté grâce à ce suivi, j'ai eu un "petit" syndrome qui n'a duré que 48h et qui n'a pas nécessité de BP. Et tout le monde savait ce qui s'était passé donc tout le service était à mon écoute. Ca change tout. Souffrir en se sentant soutenue par les médecins, c'est une bonne partie du chemin parcouru. Tu es très courageuse d'avoir enduré ça. Personne ne le mérite. Je me permets un conseil que je pratique désormais ; au moindre doute, tu demandes au medecin d'arrêter ce qu'il est en train de faire et tu exiges que quelqu'un d'autre vienne l'assister. Par exemple au bout de la troisième piqure alors que tu es sensée en avoir une seule. Ça peut paraître méchant mais si tu le demandes poliment en disant que tu t'inquiètes et que tu as besoin d'être rassurée, ça passe bien. Et ça t'évite un carnage (d'autant plus que si le jeune medecin est en train de se louper, il le sait donc il ne peut décemment pas refuser ta demande de voir un senior). Dans ces cas là on n'est pas là pour être gentil. On est là pour être soigné correctement. Desolee, long commentaire mais je voulais te dire mon empathie pour ce que tu as vécu. Belle et longue vie à toi et ta famille ? Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Anne

      avril 17, 2017 à 23 h 23 min
      Répondre

      En effet, c'est bien normal de commencer, mais il ne faut pas que le médecin soit livré à lui-même, encore plus quand il est sous […] Lire la suiteEn effet, c'est bien normal de commencer, mais il ne faut pas que le médecin soit livré à lui-même, encore plus quand il est sous l'emprise du stress à ce point. Mon mari a entendu les sages-femmes dire "On ait entrer l'interne" en parlant de l'anesthésiste, mais après la brèche, on m'a affirmé qu'aucun interne ne posait une péridurale... Je ne sais pas trop ce qu'il en est et de toute façon le problème n'est pas là. Heureusement tu as été diagnostiquée tout de suite, et c'est bien que le personnel ait été à ton écoute. Moi elle m'a fait une grosse brèche c'est certain, voire plusieurs si cela est possible, d'où la nécessité des deux blood patchs. Merci pour ton conseil, si je dois être à nouveau confrontée à cette situation, c'est ce que je ferai. Le pire c'est que je me disais "Si mon mari était là il interviendrait" mais j'étais déjà en train de gérer les contractions et j'avais -jusque là - tendance à me dire que les autres faisaient forcément mieux que moi, et que si elle n'y parvenait pas c'était de ma faute. Mais j'ai compris depuis qu'il fallait que je me fasse confiance, que j'écoute entièrement mon intuition et mon ressenti, et ton conseil est tout à fait juste. J'espère que des futures mamans t'ont lue ! Effectivement, peu importe que l'on soit gentille ou pas, l'essentiel est d'être prise en charge correctement. Merci pour ton long commentaire fort utile. Lire moins

  • Virginie

    avril 6, 2017 à 13 h 20 min
    Répondre

    Ton article m'a fait tellement de bien... Promis, je ne suis pas sadique mais ça fait du bien de ne plus se sentir esseulée sur […] Lire la suiteTon article m'a fait tellement de bien... Promis, je ne suis pas sadique mais ça fait du bien de ne plus se sentir esseulée sur un vécu (et mon article à moi est toujours en brouillon !) En fait, j'ai accouché de ma fille il y a un peu moins de 2 ans. Je vais passer plein de détails mais retenons qu'on a dû m'administrer ma péridurale en catastrophe parce que j'étais déjà à 9-10cm (par manque d'écoute de la sage femme de garde mais passons). J'ai été piquée plusieurs fois, avec comme toi, le fameux "dites moi si vous ressentez plus à gauche ou plus à droite" pour guider la tentative suivante etc... HUM HUM. Je me suis remise sur mes jambes rapidement mais j'ai été prise de violents maux de tête qui ont duré plusieurs jours. A la maternité, on m'a dit que c'était peut-être une brèche et qu'un blood-patch si elle ne se résolvait pas d'elle-même et pour ça, il suffisait que je prenne de la caféïne. Finalement ça a été la 2e solution et tant mieux. Mais je n'ai pas pu m'occuper de ma fille sa 1re semaine de vie. Je restais allongée et j'ai vécu ça comme une frustration incroyable ! Merci encore pour ce partage du coup, ça m'a remotivée à partager mon expérience à mon tour quand je vois l'apaisement que ça peut apporter, à posteriori, pour les copines de brèche. <3 Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Virginie

      avril 17, 2017 à 23 h 30 min
      Répondre

      Bonjour Aude, si j'ai écrit cet article c'est aussi en espérant cela : le partage d'expérience qui permet de se sentir moins seule. Oh toi aussi […] Lire la suiteBonjour Aude, si j'ai écrit cet article c'est aussi en espérant cela : le partage d'expérience qui permet de se sentir moins seule. Oh toi aussi tu as eu droit à ce fameux "vous ressentez plus à gauche ou à droite ?" C'est la première fois qu'on me posait cette question, et elle a eu le temps de me la poser plusieurs fois. Heureusement que ta brèche est passée avec la caféine. Quand je suis retournée aux urgences on ne m'a pas proposé cette solution, de toute façon incompatible avec l'allaitement. Quelle frustration en effet de ne pas pouvoir t'occuper de ta fille la première semaine, où nous sommes déjà dans un état de fragilité extrême, mais avec la brèche c'est de l'ordre de l'indicible. Oui n'hésite pas à écrire ton expérience et à la partager, ça t'aidera à digérer cet épisode. Tu pourrais également en parler à un psy à mon avis. Moi je le ferais bien, mais ma psychologue est en congé... maternité ! Lire moins

  • Aude

    avril 6, 2017 à 12 h 43 min
    Répondre

    Ton titre est bien à propos, on n'imagine pas les conséquences possibles d'une péridurale, on a l'impression (à tort) que c'est une routine et que […] Lire la suiteTon titre est bien à propos, on n'imagine pas les conséquences possibles d'une péridurale, on a l'impression (à tort) que c'est une routine et que toutes les femmes ou presque y ont recourt à l'accouchement... ça fait froid dans le dos en effet et honnêtement souffrant de migraines chroniques, particulièrement fortes après toute anesthésie je ne sais pas si j'aurais su détecter comme toi le pb si cela m'était arrivé. Étant enceinte du 2e je me préparais déjà à éviter la péridurale, car mon 1er accouchement la mienne était mal dosée et une surdose m'a tellement anesthésiée que je n'ai RIEN senti : 24h avant de me lever, des points de malade (bin oui ma fille est sortie en 3 poussées tellement je ne sentais rien ..) et la frustration de ne pas avoir vécu mon accouchement : en 2 secondes mon bebe était la, sans transition. Je me suis tjs dit que je tenterai sans la prochaine fois pour "vivre " la naissance. Ton expérience malheureuse et la découverte des risques dont je n'avais jamais entendu parlé (je comprends votre doute sur le médecin de SOS médecins..) me fait froid dans le dos... je pense que je penserai à toi très fort le jour J! En tout cas je suis heureuse pour toi que ce soit Bel et bien rentré dans l'ordre et que tu puisses pleinement profiter de tes 3 enfants. Les grands ont dû être inquiets j'imagine, ce qui a du te rajouter un stress supplémentaire Profite bien!! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Aude

      avril 17, 2017 à 23 h 38 min
      Répondre

      En effet je voyais presque la péridurale comme une routine, voire même comme la piqure qui transforme l'enfer en (presque) paradis tant elle fait disparaître […] Lire la suiteEn effet je voyais presque la péridurale comme une routine, voire même comme la piqure qui transforme l'enfer en (presque) paradis tant elle fait disparaître la douleur. Mais il est important d'en rappeler les risques. Je pense que tu aurais pu détecter la brèche car elle s'accompagne d'autres symptômes. Les miens étaient "légers" mais la vue et l'ouïe sont perturbées, c'est souvent accompagné de vertiges, nausées, bourdonnements... Il est en effet frustrant de ne rien sentir pendant son accouchement. Je t'encourage à accoucher sans péridurale, ça t'évitera aussi la dose de produit qui n'est quand même pas anodin sur le corps j'imagine. Mon expérience te fait froid dans le dos ? Tu dis ça exprès ? :-D En tout cas cette expression est particulièrement à propos. Je te souhaite un très bel accouchement, le plus naturel possible. Moi qui voulais absolument accouchée dans un cadre médical, mon point de vue s'est désormais modifié... même si je reconnais le bon travail des sages-femmes ce jour-là. Mes deux grands n'ont pas semblé très inquiets heureusement car il y avait du monde pour s'occuper d'eux. Mais je me revois allongée tentant de tenir un livre pour le lire à ma fille, et n'y parvenant pas tant les douleurs me terrassaient... Dans ces cas-là on a l'impression de ne jamais pouvoir s'en sortir. Bref j'espère que tu viendras m'annoncer la naissance de de ton deuxième enfant ! Lire moins

  • mini.sang

    avril 6, 2017 à 12 h 00 min
    Répondre

    Aie, ça fait un peu peur tout ça même si je suppose que cela est rare. Malheureusement, le fait de rejeter la faute sur les […] Lire la suiteAie, ça fait un peu peur tout ça même si je suppose que cela est rare. Malheureusement, le fait de rejeter la faute sur les patients en leur disant que ça passera ou qu'ils ont été trop stoïques, c'est facile et ça arrive trop souvent... Les professionnels de la médecine ne se rendent pas compte de ce qu'ils disent et ils n'ont pas le temps de se rendre compte que c'est une femme habituellement pas douillette qui fait part pour une fois de ce qu'elle ressent d'anormale. Rassurée que tout se passe bien à la fin. Super témoignage sur un sujet qu'on connait peu. Bonne vie à toi et à ta famille ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à mini.sang

      avril 13, 2017 à 22 h 55 min
      Répondre

      Oui j'ai senti que le chef de pôle sous-entendait (avec subtilité quand même) que c'était peut-être de ma faute. J'ai retenu la leçon : ne pas […] Lire la suiteOui j'ai senti que le chef de pôle sous-entendait (avec subtilité quand même) que c'était peut-être de ma faute. J'ai retenu la leçon : ne pas vouloir avoir l'air forte, et ne pas minimiser en me disant que ça va passer. Merci pour ton commentaire :-) Lire moins

  • Lady Fae

    avril 6, 2017 à 11 h 54 min
    Répondre

    Qaudn je lis de tels articles je bondis face à l'incompétence de certains médecins ! J'ai accouhé en 45h dont 36 sans péridurale car je […] Lire la suiteQaudn je lis de tels articles je bondis face à l'incompétence de certains médecins ! J'ai accouhé en 45h dont 36 sans péridurale car je ne la voulais pas. AU final quand je l'ai réclamée elle n'a pas du tout fonctionné et deux (mots vilains tout pas beaux) de sage-femmes m'ont fait pousser 2h alors que le bébé était même pas engagé dans le bassin. Au final une césarienne en urgence avec le coup de bol que la péridural se mette à marcher ! Pas pu marcher pendant un mois plus de 5 minutes ... deux retours aux urgences : une fois pour des douleurs atroces j'avais l'impression que la cicatrice allait rompre, la seconde pour un arrêt de transit (et de tout ce qui va avec hein !!!) A vous dégoûter de faire des enfants !!! Je vous trouve bien courageuse ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Lady Fae

      avril 13, 2017 à 22 h 53 min
      Répondre

      Oh j'imagine comme vous devez en vouloir au personnel... tout ça pour ça ! Et avec des conséquences compliquées, dans une période de post-partum où […] Lire la suiteOh j'imagine comme vous devez en vouloir au personnel... tout ça pour ça ! Et avec des conséquences compliquées, dans une période de post-partum où nous sommes déjà fragiles. Heureusement que c'était mon dernier enfant, j'aurais trop peur de l'accouchement après tout ça. Lire moins

  • Stella

    avril 6, 2017 à 11 h 14 min
    Répondre

    Aie aie aie je compatis. Personnellement j avais été bien avertit des risques de la péridurale et meme si je suis passée pour une folle […] Lire la suiteAie aie aie je compatis. Personnellement j avais été bien avertit des risques de la péridurale et meme si je suis passée pour une folle au yeux de ma famille pendant toute la grossesse il était claire pour moi que je n en voulais pas. J ai réussi a tenir sans même si ce n était pas évident et j'en suis d'autant plus ravie lorsque je lis ton récit Lire moins

  • Anne

    avril 6, 2017 à 11 h 08 min
    Répondre

    Merci pour cet article, qui a été facile à lire en entier, rassure toi ;) Je comprends que tu ais eu besoin de le raconter, […] Lire la suiteMerci pour cet article, qui a été facile à lire en entier, rassure toi ;) Je comprends que tu ais eu besoin de le raconter, ça fait du bien ! Pour un tout autre problème (erreur de diagnostic et même pas de diagnostic du tout : "c'est dans votre tête, madame, surement le stress" pendant plusieurs mois, alors que finalement j'avais bien quelque chose), ma généraliste qui était aussi passé à côté et qui s'est excusé 100 fois m'avait conseillé d'envoyer un courrier à la spécialiste qavait fait l'erreur, d'une pour me soulager et de deux parce que mon médecin pensait que ça l'aiderait à éviter de reproduire cette erreur. Je ne l'ai pas fait, prise par les examens médicaux et cie à l'époque mais je le regrette un peu... Bref, quand je regarde ton article, je me dis qu'effectivement tu as vécu quelque chose de très difficile qui plus est avec un nouveau né à allaiter et à gérer... ne pas pouvoir se mettre debout ou même s'asseoir, quel enfer. J'ai moi même eu de gros souci avec deux premières péridurales (une pour une opération, l'autre pour mon 1er accouchement)... même si cela n'a rien à voir avec ce que tu as enduré... 6 tentatives avant de parvenir à la poser, couplée à la piqûre d’anesthésie à chaque tentative... plus d'une heure pliée en deux avec des contractions atroces, j'en ai un mauvais souvenir. Mais je suis comme toi, je me dis toujours que c'est moi qui doit mal me tenir et autre bizarrerie. L'infirmière qui m'a enlevé le pansement a poussé un gros cri en voyant mon dos (si si, ça fait peur) en me disant "mais qu'est ce qu'ils vous ont fait"... j'ai eu des douleurs atroces dans le dos pendant des semaines... L'essentiel est que tu sois remise et que tu puisses t'occuper de tes enfants sereinement... bravo pour ton courage en tout cas, et je pense que c'est utile de savoir ce genre de choses, que personnellement je ne connaissais pas ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Anne

      avril 13, 2017 à 22 h 49 min
      Répondre

      C'est fou que pendant des mois on t'ait dit que c'était dans ta tête ! Et le stress a bon dos... En effet tes péridurales ont […] Lire la suiteC'est fou que pendant des mois on t'ait dit que c'était dans ta tête ! Et le stress a bon dos... En effet tes péridurales ont été douloureuses aussi ! Gérer les contractions en même temps c'est très difficile. Je vois que toi aussi tu t'auto-flagelles alors que nous n'y sommes pour rien. J'avais le même carnage que toi dans le dos, je n'ai pas osé regarder. De toute façon je n'arrivais pas à tourner la tête. Oui je pense que c'est important de parler de tout cela. Il y a beaucoup de tabous, même si c'est vrai qu'on a tendance à beaucoup oublier une fois que le bébé est là. Lire moins

  • theclothespaper

    avril 6, 2017 à 10 h 42 min
    Répondre

    Même si tu m'avais raconté, relire tout ça fait froid dans le dos. J'ai exactement le même caractère et j'aurais réagit comme toi.. Mais cette […] Lire la suiteMême si tu m'avais raconté, relire tout ça fait froid dans le dos. J'ai exactement le même caractère et j'aurais réagit comme toi.. Mais cette personne, je lui en aurais voulu à fond.. Lire moins

  • SophSev

    avril 6, 2017 à 9 h 29 min
    Répondre

    Bonjour merci pour cet article très intéressant sur qq chose qu'on connait mal. C'est d'autant plus intéressant que c'était ton troisième enfants. ça met bien […] Lire la suiteBonjour merci pour cet article très intéressant sur qq chose qu'on connait mal. C'est d'autant plus intéressant que c'était ton troisième enfants. ça met bien en avant que rien n'est acquis et qu'il faut bien se préparer à chaque fois. Je n'ai pas eu les mêmes conséquences (mais d'autres pas rigolotes non plus ) mais j'ai eu exactement le même ressenti que toi avec des médecins qui rentrent dans la pièce sans se présenter font des erreurs et que tu ne revoies plus après. Ca m'est arrivé à l'hôpital pareil avec de jeunes médecins. Je suis d'accord il faut apprendre mais ils devraient qd même être supervisés. Du coup pour bébé 2, je suis allée en maternité privé et j'ai été chouchouté par des médecins et sage femmes très expérimentés et je n'ai pas du tout vécu les choses pareilles. Lire moins

    • uneparenthesemode
      à SophSev

      avril 13, 2017 à 22 h 45 min
      Répondre

      En effet rien n'est acquis. Et je m'étais préparée à l'accouchement à chaque fois, en reprenant des cours de préparation, en visitant la maternité... Mais […] Lire la suiteEn effet rien n'est acquis. Et je m'étais préparée à l'accouchement à chaque fois, en reprenant des cours de préparation, en visitant la maternité... Mais cette fois-ci le rendez-vous avec l'anesthésiste a été inutile puisqu'il ne m'a pas rappelé les complications possibles. En effet je n'en reviens pas qu'elle ne se soit pas présentée et qu'elle ne soit pas revenue me voir. Je suis persuadée qu'elle s'est rendu compte de son erreur puisque je me suis tout de suite plainte des cervicales. J'étais dans une clinique privée pour mes deux premiers accouchements. Là j'avais commencé dans un hôpital privé mais j'avais eu un mauvais feeling et beaucoup de gens s'en plaignaient. Hormis elle, tout le personnel, les chambres, les locaux, le matériel... étaient largement à la hauteur du privé. Lire moins

  • Laure BB

    avril 6, 2017 à 8 h 52 min
    Répondre

    Ton article est très intéressant et aussi effrayant. Je ne savais pas que les péridurales pouvaient avoir des conséquences aussi terribles (possibilité de paralysie vraiment […] Lire la suiteTon article est très intéressant et aussi effrayant. Je ne savais pas que les péridurales pouvaient avoir des conséquences aussi terribles (possibilité de paralysie vraiment ??). Je n'ai pas encore d'enfant, mais je m'étais toujours dit que je prendrai la péridurale sans AUCUN DOUTE.. Si cette fameuse brèche est mal ou pas soigné, peut-il y avoir des conséquences à vie ? Tu dois être soulagé que tout ça soit derrière toi. Merci pour ton partage ^^ Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Laure BB

      avril 13, 2017 à 22 h 41 min
      Répondre

      Non je crois qu'on ne peut pas rester paralysée, ça ne touche pas la moelle épinière. Moi non plus je n'avais pas de doute quant à […] Lire la suiteNon je crois qu'on ne peut pas rester paralysée, ça ne touche pas la moelle épinière. Moi non plus je n'avais pas de doute quant à la péridurale, mais on ne m'avait pas avertie de ce risque. Si j'avais su j'aurais peut-être fait autrement, ou peut-être pas car ce n'est pas non plus très fréquent. Pour les séquelles je ne sais pas, mais a priori non. Même si la brèche n'est pas traitée par blood patch, elle est comblée à force de patience, d'une hydratation maximale et de caféine ! Oui je suis soulagée que ce soit passé mais je ne te cache pas que par moments j'ai peur que la brèche réapparaisse. Lire moins

  • juliette

    avril 6, 2017 à 8 h 07 min
    Répondre

    Bonjour à toi ! Quelle aventure... Heureusement que ton mari a l'air super et qu'il t'a bien soutenue, mais aussi que tu as eu affaire à […] Lire la suiteBonjour à toi ! Quelle aventure... Heureusement que ton mari a l'air super et qu'il t'a bien soutenue, mais aussi que tu as eu affaire à des vrais pros hormis cette première anesthésiste. Travaillant entre autres dans le milieu hospitalier je sais combien on peut tomber sur des personnes peu professionnelles et/ou peu sympathiques.. Mais heureusement, je sais aussi que la plupart sont au top ! Ce qui ressort de ton texte c'est qu'à part elle, les soignants qui t'ont pris en charge ont semblé bienveillants avec toi (même le médecin de Sos médecins au final :) Profite à fond à présent que c'est terminé ! Lire moins

    • uneparenthesemode
      à juliette

      avril 13, 2017 à 22 h 38 min
      Répondre

      Oui mon mari a été présent à 100%. Hormis cette anesthésiste trop stressée (qui était sûrement bien en temps normal) j'ai en effet été face à […] Lire la suiteOui mon mari a été présent à 100%. Hormis cette anesthésiste trop stressée (qui était sûrement bien en temps normal) j'ai en effet été face à des gens investis et professionnels. Je profite pleinement de mon quotidien normal enfin retrouvé ! A un moment je m'imaginais vraiment devoir passer tout mon temps allongée. Lire moins

  • l0uanne

    avril 6, 2017 à 7 h 58 min
    Répondre

    C'est quand même hallucinant, j'ai l'impression que personne ne prenait ta souffrance en compte

    • uneparenthesemode
      à l0uanne

      avril 13, 2017 à 22 h 36 min
      Répondre

      Je n'ai pas assez insisté sur le fait que j'avais mal. J'ai tendance à être trop "dure" et à minimiser... mais j'ai retenu la leçon […] Lire la suiteJe n'ai pas assez insisté sur le fait que j'avais mal. J'ai tendance à être trop "dure" et à minimiser... mais j'ai retenu la leçon ! Lire moins

  • Golden Cheer Grahams

    avril 6, 2017 à 6 h 44 min
    Répondre

    Allez je vais me faire l'avocat du diable ! Je comprend ton ressenti, sérieusement, mais meme si ton anesthésiste n'a pas semblé être très humaine […] Lire la suiteAllez je vais me faire l'avocat du diable ! Je comprend ton ressenti, sérieusement, mais meme si ton anesthésiste n'a pas semblé être très humaine dans sa démarche, je doute que ça soit de sa faute... Les péridurales, ça fonctionne parfois, parfois non, et on ne sait pas Pourquoi ! (C'est moche la médecine moderne hein !) Certaines femmes n'ont aucun effet, d'autres juste d'un côté, d'autre ne peuvent plus bouger leurs jambes. Et à chaque pose, c'est la "découverte". Le fait que tes deux première péridurales se soient bien passées ne veut rien dire (mis à part que tu as eu de la chance). Malheureusement ce n'est pas medecin-dépendant. Et puis, oui desole, tout les médecins doivent apprendre à un moment, c'est le principe des infirmiers universitaires, il en va de même pour les infirmières et le sage-femmes... Petite infos pour la fin: la péridurale ce n'est franchement pas la solution idéale. Il existe d'autres manières de soulager la douleur d'une femme en travail. Es-tu sure d'avoir été assez informée ? As-tu suivit des cours de préparation à l'a naissances ? Parce que ce qui n'est souvent pas dit par l'anesthésiste: c'est que la péridurale arrête fréquemment le travaille, donc on rajoute des medeciments pour accélérer parce que le corps ne sens plus la douleur de l'accouchement et donc la nécessité d'accompagner ce bebe. Ce bebe qui d'ailleurs jusqu'à maintenant, bénéficiait des hormones qui soulageaient aussi sa douleur à lui ! Mais avec la peridurale, tu n'as plus mal, donc tu ne secrète plus d'hormones en vue de te soulager donc lui n'en bénéficie plus non plus... Moi je trouve surtout triste que pour les femmes ce soit "la norme" d'avoir une péridurale. Attention, je ne critique pas, je respecte ton choix, il y a aussi des femmes pour qui la norme est d'avoir une césarienne... Chacune choisit son accouchement ! Lire moins

    • Annouchka
      à Golden Cheer Grahams

      avril 7, 2017 à 11 h 20 min
      Répondre

      Cher Golden Cheer Grahamas, nous ne nous connaissons pas, mais une question me taraude en lisant ton commentaire : as-tu toi-même accouché un jour ? […] Lire la suiteCher Golden Cheer Grahamas, nous ne nous connaissons pas, mais une question me taraude en lisant ton commentaire : as-tu toi-même accouché un jour ? Tu dis comprendre le ressenti de Karine mais tu portes néanmoins un jugement sur son choix de prendre la péridurale. (en gros en te lisant je lis "c'est bien fait pour toi, tu n'avais qu'à accoucher sans péridurale...). Je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait que cet acte comporte des risques de complications, mais ce qu'elle met en avant ce n'est pas le manque d'expérience de l'anesthésiste mais le fait qu'on l'ait laissé rater sa pose en toute connaissance de cause... Que l'on pique une fois, deux fois, passe encore, mais 3, 4 fois ou plus, sans intervenir ? Ce n'est absolument pas normal. En outre, je trouve le ton de ton commentaire très infantilisant et culpabilisant ("Es-tu sure d’avoir été assez informée ? As-tu suivi des cours de préparation à l’a naissances ?") Karine a eu 3 enfants donc je pense qu'elle ne manque pas d'expérience sur le sujet :) Enfin, nous sommes en 2017 et nous avons la chance de pouvoir accoucher en limitant considérablement la douleur... Si tu as eu la chance de mettre un bébé au monde, tu dois savoir à quel point cela est douloureux. Mais étant donné ton commentaire, j'en doute fortement ! Lire moins

  • Bonnieparker

    avril 5, 2017 à 22 h 46 min
    Répondre

    Je viens de terminer ton article, c'est hallucinant... Avant mon 1er accouchement on m'a parlé du risque de brèche mais c'est la sage femme libérale […] Lire la suiteJe viens de terminer ton article, c'est hallucinant... Avant mon 1er accouchement on m'a parlé du risque de brèche mais c'est la sage femme libérale qui m'en a parlé. Ton article m'a fait prendre conscience que sur les 3 fois aucun anesthésiste n'a mentionné ce risque alors qu'ils sont tenus de le faire et de nous faire signer un formulaire de consentement éclairé que je n'ai jamais signé non plus... Bref tout ça pour dire que l'information au patient c'est pas encore ça... Profite bien de ton petit Milan ? Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Bonnieparker

      avril 5, 2017 à 23 h 19 min
      Répondre

      J'ai réalisé moi aussi que je n'avais pas signé de consentement éclairé cette fois-ci. Et je crois qu'on ne m'avais jamais parlé de brèche, or ça […] Lire la suiteJ'ai réalisé moi aussi que je n'avais pas signé de consentement éclairé cette fois-ci. Et je crois qu'on ne m'avais jamais parlé de brèche, or ça touche 1 à 2 % des actes, mais en comptant les ponctions lombaires où c'est plus fréquent. Merci ! je passe mon temps avec lui, c'est un véritable anti-stress :-) Lire moins

  • Sandie

    avril 5, 2017 à 21 h 48 min
    Répondre

    Eh bien je viens de lire ton article en entier (oui, oui :-P ) et wah ! J'imagine que ça a du te soulager de […] Lire la suiteEh bien je viens de lire ton article en entier (oui, oui :-P ) et wah ! J'imagine que ça a du te soulager de poser des mots sur tout ce qui s'est passé ! Tu as été bien courageuse et je suis heureuse de lire que tout s'est arrangé. :-) Je n'ai pas d'enfant et l'accouchement est quelque chose qui me tétanise d'avance. Mais la péridurale encore plus ! Je n'ai pas confiance en une aiguille si grande et je me suis toujours dit que je préférerai endurer la douleur plutôt que me faire piquer ahah ! Bon c'est facile à dire maintenant, on verra ça le jour où les contractions seront plus fortes que moi... ;-) En tout cas ton article était très bien écrit et encore une fois, tu as été bien courageuse. :-) Des bisous, Sandie alias Les Petits Boudins Lire moins

    • uneparenthesemode
      à Sandie

      avril 5, 2017 à 23 h 16 min
      Répondre

      Bravo à toi de l'avoir lu en entier ! J'ai tenté de le réduire, je l'ai fait d'ailleurs, mais j'avais tellement de choses à dire […] Lire la suiteBravo à toi de l'avoir lu en entier ! J'ai tenté de le réduire, je l'ai fait d'ailleurs, mais j'avais tellement de choses à dire que je n'ai pas réussi à être plus concise. Oui l'essentiel est que tout cela soit derrière moi. Je n'avais pas peur du tout des aiguilles mais là j'ai eu ma dose... J'avais peur de l'accouchement moi aussi, mais en fait plus de peur que de mal je t'assure. Et quelle récompense ensuite ! Merci pour ton commentaire en tout cas. Lire moins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A PROPOS
Avez-vous envie de légèreté, de divertissement, de futilité pas si superficielle ?

Bienvenue dans ma parenthèse !

En savoir plus

Derniers articles
Restons en contact
 

Retrouvez mes anciens articles